Di sak na pou di

« Public clairsemé le 1er mai ? »

Témoignages.re / 10 mai 2013


J’ai participé au défilé unitaire organisé par la CGTR en tant que membre du PCR ; nous nous étions rapprochés de l’organisation syndicale depuis plusieurs semaines et nous étions bien informés que, s’agissant par exemple du Sud, je veux dire Saint-Pierre et ses environs, des cars partiraient vers 7h ; en tout cas que le rassemblement se ferait dans ces eaux là, au Rex, pas loin du local de la Confédération ; j’ai moi-même personnellement accompli 2 allers retours en voiture entre Le Tampon et notre sous-préfecture !

Imaginez mon désappointement, après avoir piétiné sous le soleil du Jardin de l’Etat au Barachois, à côté des maires, des membres de la Direction de mon parti, de toute la foule, des autres organisations associatives — je ne vais pas les citer — des rencontres ici ou là, un échange de salutations à propos de ceci ou cela, des tracts qui passent de mains en mains, surtout des fumigènes rouges... on avait à se protéger du soleil flamboyant (chapeaux), des fumées qui faisaient mettre un mouchoir devant le visage d’autres personnes.

Un grand pique-nique attendait les manifestants à l’ombre des grands arbres sous les yeux de La Bourdonnais.

Comment ce journaliste d’une presse télévisée bien connue de la place, s’aidant d’une photo d’une queue de peloton, a-t-il pu résumer cette grande manifestation populaire — j’ai demandé à mes enfants de regarder sur Internet depuis quelle année on célèbre la Journée internationale du Travail —, comment a-t-il fait pour réduire cet évènement porté si haut par des milliers de travailleurs du monde entier par « public clairsemé »  ?

Etait-il présent ? Ou le (la) photographe qui lui rapporte les éléments de son reportage lui donne-t-il objectivement tout ce qu’il lui faut pour rédiger son journal ?

Son éditorial est-il orienté vers une autre organisation de travailleurs qui ont choisi de pique-niquer sous des pelouses de bord de mer saint-paulois ?

Benoit Blard


Kanalreunion.com