Di sak na pou di

« Qu’a fait le président candidat et le candidat président à La Réunion ? »

Témoignages.re / 7 avril 2012

Parler d’assistanat essentiellement quand il est dans les « DOM », ou en parle, est insultant. Pourquoi ne parle-t-il pas comme ça en France
hexagonale ?
Rien d’étonnement quand on connaît son discours de Dakar où il a osé dire : « L’Afrique n’est pas entrée dans l’Histoire » témoignant là certainement d’une incapacité structurelle à comprendre.
La grande mesure, forte et vigoureuse qu’il annonce au dernier moment de sa battue des campagnes ici d’un air apparemment satisfait ? Du sucé et resucée de politique d’exonération des cotisations sociales.
Largement contestée et contestable, ces politiques sont néanmoins menées partout pour baisser les salaires et minima sociaux, appauvrir l’État pour mieux privatiser afin de satisfaire les appétits financiers.

Monsieur le président peut compter sur le soutien actif de la présidente du MEDEF qui a fait dernièrement une irruption fracassante sur la scène politique pour soutenir le gardien des intérêts des gros, de la France d’en haut, du Capital. Au même moment, où Sarkozy rageait contre les syndicats qui font de la politique !
Les sommes sont conséquentes et les enjeux de société.
Le salaire est « chargé » de droits sociaux en matière de retraite, de maladie, d’invalidité… La baisse des salaires et des minima sociaux (ça va avec !) plombe les comptes de la Sécurité Sociale. ET c’est la fin du modèle européen qu’espèrent Mario Draghi, Sarkozi et consorts.
Exonérer dans les secteurs prioritaires, avec l’argent des salariés et contribuables cela va sans dire, sans aucune conditionnalité en terme d’emploi, de salaire, de formation professionnelle, de structuration du tissu économique signifie l’absence de volonté du chef de l’État de faire bouger les choses. Exit, la responsabilité des entreprises au regard du territoire (alors que la dimension territoriale est un lieu privilégié d’aménagement !).
L’exonération ne créer pas l’emploi (pire, une politique systématique en la matière sape les bases de nos solidarités), c’est l’activité. Or Sarkozy mène une politique d’austérité !
Les jeunes de 26 ans, qui pourraient en bénéficier, travailleront sans jamais « charger » leurs droits à la retraite. Que deviendront-ils demain si les solidarités nationales s’effritent ?
Venir nous dire ça 22 jours avant les élections alors qu’il est là depuis 5 ans résume clairement la posture du grand chevalier blanc (la mise au pas de la grande distribution dans les 6 mois, ben voyons !) mais qui ne trompera pas et, pour certains, plus.
Lâchant certainement une sonde : notre insertion régionale au nom du développement endogène passera inévitablement par un ajustement des salaires dans la zone, certainement pas par le haut ? Cette conception de l’Endogène (Indigène ! Je le sais c’est facile, mais aussi pertinent en l’espèce) se précise, et à partir de ce qui s’est dit, elle est un projet néfaste pour La Réunion.
Pour le bien de la France d’en bas, des travailleurs, des chômeurs, des exclus, oui il faut qu’il s’en aille. Sinon, demain sera pire.
Y fo cal son lélan, et y fo marche ek Mélenchon.

Ivan Hoareau
Président du Comité de Soutien à Mélenchon


Kanalreunion.com