Di sak na pou di

Quelle chance !

Courrier des lecteurs de Témoignages / 23 février 2016

Quelle chance de revoir Orelsan le rappeur, à La Réunion grâce à Sakifo ! Il s’extirpera de son canapé de Canal+, où il débite des lieux communs sur un ton monocorde en compagnie d’un autre comparse aussi dynamique que lui. Le tribunal de Versailles n’a pas jugé bon de reconnaitre la violence des paroles vis-à-vis des femmes, dans la chanson « sale pute », chanson qui avait provoqué une indignation méritée de différentes associations féminines en France et ici.

Pour la Cour « le rap est par nature un mode d’expression brutal, provocateur, vulgaire voire violent puisqu’il se veut le reflet d’une génération désabusée ». Prenons acte. Mais pourquoi des raps anti flics ont-ils déchainés des protestations de la part des intéressés, voire même des interdictions, il y a quelques années ? Je pense au groupe NTM. 

Proposons à ce rappeur si inspiré d’autres thèmes porteurs. A quand le rap « sale arabe » ou « sale juif » ou « sale nègre » ? Avec des paroles dans la veine de celles qui ont été jugés indignes par certaines et certains. On verrait bien alors si le jugement serait toujours aussi généreux. Mais c’est vrai que « sale pute » ne visait que les femmes et que nous n’avons même plus de ministre d’Etat défendant nos droits mais une secrétaire d’Etat et ce depuis le précédent remaniement ministériel.

Marylène Berne


Kanalreunion.com