Di sak na pou di

Quelle place pour La Réunion, dans le débat de la présidentielle ?

Courrier des lecteurs de Témoignages / 25 mars 2017

JPEG - 57.6 ko

Dans quelques semaines, nous allons élire le président de la République. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’en dépit de la gravité et des incertitudes de la situation politique, économique et sociale dans le monde, en Europe, en France et encore plus à La Réunion, il a fallu attendre lundi 20 mars, soit 32 jours avant l’élection, pour qu’un premier débat aborde quelques aspects des différents projets des candidats. Aspects centrés essentiellement sur les problématiques de la France métropolitaine. Jusqu’ici, la campagne pour la présidentielle restait dominée par les affaires scandaleuses affectant deux des candidats.

Dans ce contexte, certains médias soutiennent ouvertement l’un d’entre eux crée de toutes pièces, sous prétexte de jeunesse et de modernité. Tant pis pour le projet. Et cela se fait sans honte, au détriment des classes moyennes, des travailleurs, des chômeurs et de toutes les personnes vulnérables.

Ici à La Réunion, quel débat nous propose-t-on sur les problèmes de notre pays ? Où sont les préoccupations sur les questions de l’emploi, du logement, des petits revenus, de l’école et de ses débouchés, des déplacements, du devenir des planteurs et des éleveurs , du développement économique et notre intégration dans la zone Océan Indien… ?

Outre cette absence de débat, Il est attristant de constater que certains de nos « politiques », plus soucieux de leur avenir personnel que de celui de leur pays et de son peuple, s’agitent et cherchent avant tout à se positionner, parfois au prix de toutes sortes de contorsions, en fonctions des sondages, tout en reniant leur parti. On croit revivre 1981 lorsque certains se sont découvert des vertus socialistes, au lendemain du 10 mai.

Ils prennent aujourd’hui pour prétexte le danger de l’extrême droite raciste et haineuse, que la politique catastrophique de la présidence Hollande et de ses divers gouvernements - qu’ils ont activement soutenus – a logiquement contribué à développer.

Face à cette situation, nous Réunionnaises et Réunionnais devons être lucides. Nous devons afficher notre volonté très forte de responsabilité. Nous ne devons pas nous laisser imposer des choix qui vont à l’encontre de nos intérêts, de notre avenir et de celui des générations futures.

Dans le cadre de la campagne électorale, agissons ensemble pour un véritable débat, sur nos problématiques propres, qui aboutisse à nous donner les moyens de mettre en œuvre un projet de développement durable pour notre pays, en solidarité avec tous les peuples du monde et de notre région en particulier.

Jacky The Seng, PCR St-André
Michèle Caniguy, Conseillère départementale
Alain Aquiliméba, Conseiller municipal