Di sak na pou di

Qui a creusé la dette ?

Témoignages.re / 5 novembre 2011

Depuis son arrivée au pouvoir en 2002, la droite a pratiquement doublé la dette du pays, qui a bondi de 729 milliards à 1.692 milliards. Le monde du travail en a-t-il vu l’ombre d’un centime ?

Les tableaux de l’INSEE ci-dessous, montrent que sous la présidence Chirac, du 3ème trimestre 2002 au 3ème trimestre 2007, (donc avant la crise) : la dette augmentait de 729,2 milliards à 945,5 milliards d’euros.
Soit un alourdissement de la dette de 216 milliards.

Mais, sous la présidence Sarkozy, c’est la Bérézina !
Du 3ème trimestre 2007 au 3ème trimestre 2011, la dette faisait un saut de 945,5 milliards à 1692,7 milliards d’euros soit : 747,2 milliards (à ce niveau de dépense, la crise a bon dos !).

Extrait du tableau de l’INSEE : Dette de la France par trimestre.

2002T3 2007T3
En point de PIB (*) 58,2% 65,1%
En milliards d’euros 729,2 945,5
2007T3 2011T2
En point de PIB (*) 65,1% 86.2%
En milliards d’euros) 945,5 1 692,7

* PIB (Produit Intérieur Brut) : pour faire simple, le PIB est la richesse produite par un pays durant une année.

Au total, depuis que la droite a pris la barre, au troisième trimestre 2002, la dette s’est creusée de (742,2+216) : 958,2 milliards d’euros.
Soit un déficit moyen annuel de (958,2/9ans) : 106,46 milliards !
Pour donner une idée moins abstraite, une telle somme pourrait financer chaque année : 2.944.444 emplois à 3.000 euros par mois : salaire différé (cotisations patronales) compris.
Soit près de trois millions d’emplois !
Et, dans la même période, c’était toujours moins pour les investissements productifs, l’école, la sécu, les hôpitaux, les salaires, l’emploi des jeunes, les retraites, les services publics… Ce n’est donc pas la dépense sociale qui a creusé une telle dette !
Trois questions se posent alors : à quoi ont servi tous ces milliards ? Quelle efficacité économique ? Et à qui profite le crime ?

(À suivre)

Didier Le Strat



Kanalreunion.com