Di sak na pou di

Récidive contre le créole au Lycée Hôtelier La Renaissance

Lettre ouverte à Monsieur Thierry Terret, Recteur de La Réunion

Témoignages.re / 22 février 2013

Monsieur le Recteur,

Une fois de plus, nous devons nous adresser au Recteur de La Réunion pour dénoncer des faits graves qui se passent au Lycée Hôtelier La Renaissance concernant le peu de considération accordée à l’enseignement de la Langue et de la Culture réunionnaises de la part du Proviseur de ce lycée. Nous avons déjà, en 2012, interpellé Monsieur Mostafa Fourar, Recteur en poste à La Réunion à l’époque, concernant l’expulsion d’une stagiaire de créole, en plein cours, devant les élèves. Plusieurs organisations culturelles, syndicales et politiques avaient alors manifesté leur désapprobation et leur mécontentement devant le Rectorat de La Réunion le 24 avril 2012 pour demander des excuses publiques de la part du Proviseur du Lycée Hôtelier en soulignant aussi que nous nous attendions à une sanction de la part du Rectorat pour faute professionnelle. Jusqu’à ce jour, nous n’avons eu aucune réponse du Rectorat à propos des excuses publiques, ni d’une éventuelle sanction. 

Nous constatons aujourd’hui une récidive de la part du Proviseur du Lycée Hôtelier. Il a convoqué un Conseil d’administration exceptionnel pour le 25 février 2013 pour faire voter la suppression de l’option L.C.R. au Lycée Hôtelier La Renaissance arguant du fait qu’il est contre l’enseignement de cette option dans un lycée hôtelier. Nous nous insurgeons contre cette décision unilatérale qui ne tient pas compte du désir des élèves d’avoir accès à cet enseignement, et ce, d’autant plus que des élèves d’hôtellerie sont, à notre avis, les premiers à avoir besoin d’un tel enseignement du fait même de leur profession qui les met en contact direct avec des gens de l’extérieur susceptibles de leur demander des explications sur la langue et la culture du pays qu’ils visitent. 

Nous disons stop à toutes ces initiatives individuelles venant de proviseurs ou de professeurs qui ne pensent qu’à faire reculer l’enseignement de la langue et de la culture réunionnaises alors que le gouvernement, le Rectorat et la refondation de l’école clament qu’il faut développer « la prise en compte de la langue et de la culture des élèves réunionnais pour favoriser les apprentissages ». Un proviseur peut être personnellement contre l’enseignement du créole à l’école, mais son devoir professionnel est de faire appliquer les textes de loi et surtout respecter les enfants dans leur identité. 

Nous tenons à vous faire savoir, Monsieur le Recteur, qu’une fois de plus, nous sommes dans l’obligation de manifester notre désapprobation et notre grand mécontentement par rapport au mépris affiché du Proviseur du Lycée Hôtelier pour notre langue et notre culture. Nous protestons contre la tenue d’un tel Conseil d’administration et tenons à vous faire savoir également que nous nous verrons dans l’obligation de nous mobiliser et de manifester à nouveau au cas où ce Conseil d’administration exceptionnel devait avoir lieu.

(…)

Mouvman Sitoiyin Rényoné, Lantant LKR, Lofis La lang Kréol, Ankraké, Rasine Kaf, La Rényon dobout, Agir Contre le Chômage, EPI, Yvette Ducheman, le CRAN Réunion


Kanalreunion.com