Di sak na pou di

Réduire le nombre de parlementaires : on commence à en parler…

Raymond Lauret / 5 janvier 2017

JPEG - 50.4 ko
Une partie des parlementaires de La Réunion salués par le président de la République lors de sa dernière visite à La Réunion.

Avec le lancement de la campagne des présidentielles, la réduction du nombre de sénateurs et de députés en France est évoquée par des candidats. Timidement certes, Vincent Peillon, Arnaud Montebourg et Marine Le Pen, d’autres aussi sans doute, ont lancé ce point de vue : il y a beaucoup trop de parlementaires en France.

Ils ont bien raison : avec 577 députés et 350 sénateurs, notre pays plonge en effet dans le ridicule. Un ridicule qui coûte des sommes colossales au budget de ces deux collectivités. A ce que l’Assemblée Nationale et le Sénat dépensent pour cela, il faut ajouter ce que coûtent en indemnités les nombreux Maires-adjoints de nos communes et les Vice-Présidents de nos Etablissements Publics de Coopération Intercommunale et de certaines SEM. Cela revient très cher aux contribuables français que nous sommes. Ne peut-on pas faire autrement ?…

Prenons le seul cas de notre île : à quoi cela nous sert d’avoir 7 députés et 4 sénateurs, en plus d’un député européen ? A quoi cela sert-il que nos cinq EPCI comptent plusieurs dizaines de vice-présidents et trois ou quatre fois plus de membres ? A quoi, mais dans une moindre mesure, cela sert-il d’avoir dans nos communes autant de maires-adjoints et de conseillers municipaux ? La question se pose également pour le Département et pour la Région.

Disons-le : il ne s’agit surtout pas de montrer du doigt ceux qui y siègent. C’est la loi qui impose le nombre des élus dans chaque catégorie d’assemblée. C’est cette même loi qui fixe le montant des indemnités qui seront versées aux uns et aux autres. Cette loi, c’est un gouvernement qui, un jour, l’a inscrite dans la réalité de notre vie politique. Et, triste réalité, cette loi ne gêne pas ceux qui se retrouvent en postes de responsabilité lorsque la majorité change. Ils continuent comme si de rien n’était.

Pire, cette loi a eu raison du comportement proposé par certains militants qui, pour une raison morale, avaient choisi de reverser leurs indemnités à leur parti… Et c’est tout à l’honneur de Gilbert Annette d’avoir un jour supprimé la voiture de fonction aux élus de Saint-Denis.

Le Président qui sera élu en mai prochain devra s’attaquer à ce problème. Nous devons lui imposer de s’y pencher et de s’y attacher.

La République ne peut pas demander aux citoyens militants associatifs de passer des heures et des heures dans le bénévolat le plus total et parfois de façon admirable pendant que certains, pour faire un travail souvent bien moins prenant et sans risques pour eux, seraient légalement indemnisés.

La promesse de changer les choses sur le plan social et économique va être le cheval de bataille de tous les candidats. C’est la règle du jeu. Un jeu dans lequel, ne l’oublions pas, annoncer des mesures ne signifie pas qu’elles seront réalisées. L’histoire est là pour nous le rappeler…

Il nous appartient de dénoncer le gaspillage gratuit et honteux de l’argent des contribuables avec les dépenses inutiles. 11 parlementaires pour notre seul département, plus de 900 pour la France : non ! Trop, c’est trop… Il faut que cesse la
ridicule gabegie.

Raymond Lauret



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Entièrement d’accord avec cette analyse pleine de bon sens, surtout avec la réalité des ménages surendettés, des travailleurs pauvres vivant comme des SDF. La soupe est bonne pour certains élus qui après des engagements, disparaissent des écrans au moment même où le peuple a besoin de leur présence sur le terrain. La soupe est bonne, mais il n’y a pas assez, notamment pour les nécessiteux, les animateurs bénévoles des associations sociales.... Les subventions se font rare d’un côté et de l’autre les indemnités continuent d’alimenter les convoitises. L’engagement des responsables politiques doit se faire sur la volonté de servir le peuple, sur son temps libre et non seulement par ambition personnelle. La réduction du nombre de parlementaires et par conséquent des indemnités, devra redonner un peu de confiance à une population à qui on impose de supporter le déficit public, tout en payant toujours plus de taxe, plus de charge. Il est temps de commencer à crédibiliser le monde politique.
    Michel M

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Ce qui me parait le plus important ce n’est pas tellement de réduire le nombre de parlementaires , mais d’une manière générale de réduire le nombre d’élus de tous bords et veiller à ce que le cumul des mandats profite plus au peuple qu’aux élus eux mêmes . il peut y avoir du bon dans le cumul des mandats lorsque celui ci a pour but de permettre de permettre aux élus nationaux de mieux servir les intérêts locaux Mais ce cumul doit être limité et bien encadré . je pense qu’il est indispensable pour un élu national de suivre de près ce qui se passe sur sa circonscription et le moyen le plus efficace c’est me semble t-il de cumuler un mandat national et un mandat local .
    je pense que je suis un peu à contre courant en en souhaitant le maintien du cumul des mandats , mais lorsque l’on constate la progression de certains partis politiques au niveau des élection locales sans que cela se traduise par un phénomène similaire au niveau national , je pense qu’il y aune réforme importante à faire au niveau des conditions de représentations du peuple et qu’il serait temps que l’on introduise uns bonne dose de proportionnelle dans les l’élection des parlementaire . une telle réforme permettrait tirer profit de l’expériences de tous les élus locaux quelque soit leur parti politique , qui pourrait accéder au statut de parlementaire . Un pays dont les élus nationaux ne correspondent à la représentation locale est un pays qui est déconnecté de sa base, un pays qui pratique le dialogue de sourd , un pays qui ne réunit pas sa population et ne l’écoute pas .

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Oui il faut réduire le nombre de parlementaires Autour de 300 députés et 200 sénateurs suffiraient largement.
    mais j’ai peur que les partis politiques ,quelqu’il soit, s’opposent à cette mesure. Il y aurait moins de places pour caser leurs amis.
    la mesure sera donc dificile à faire appliquer.
    Pour les dernières régionales, le projet d"e départ prévoyait de diminuer le nombre de conseillers régionaux. Mais les partis on fait pression et malheureusement le nombre d’élus est resté le m^me. les économies prévues sont, du coup, négligeable.
    Quant au cumul des mandats, l’histoire d’être au contact du local, ne teint pas. c’est une excuse inventée par des élus de mauvaise fois qui pensent surtout à eux. .
    D’abord . un parlementaire peux être conseiller municipal. Ensuite pratiquement tous les députés et sénateurs tiennent des permanences assez régulières dans leur circonscription.
    Il faut aussi aller plus loin. les Départements n’ont vraiment plus de raison d’être. il faut supprimer les conseils départementaux et transférer leurs compétences au région ou au communautés de communes. Pour la réunion une seule assemblée suffit. Deux assemblée ne servent qu’à faire gagner plus de fric et de pouvoir aux politiciens, qui se moquent de la population.

    Mais la encore les responsables des partis feront tout pour s’y opposer en inventant des raisons de mauvaises fois.
    Allez bye

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Merci pour les commentaires à mon courrier. Je veux préciser que, selon moi, le problème ne se situe pas au niveau du cumul des mandats. Si quelqu’un a les capacités d’être Maire, Président de l’établissement intercommunal qui concerne sa ville et encore autre chose, pourquoi pas. Cela peut vouloir dire qu’il passe un peu de temps avec ses collaborateurs et qu’il veille à ce que les grandes orientations données sont mises en chantier. Mais ce temps politique doit-il être assimilé à un "travail" qui mériterait salaire alors qu’il s’agit de l’apport militant d’un responsable politique qui veut travailler au développement de son pays ?
    Le scandale est dans le cumul (ou l’accumulation) des indemnités. Le PCR avait, à une époque que j’ai bien connue, réglé ce problème moral en invitant ses élus concernés à reverser leurs indemnités à leur Parti. Ce n’était pas la loi. C’était une attitude politique. Si un élu ne veut pas verser ces trop pleins d’indemnités légalement perçus, la loi le couvre. Il percevra donc 9000 euros (souvent en plus de son salaire ou de sa retraite). Pendant ce temps, des citoyens n’ont pas les moyens de vivre décemment. Pendant ce temps, on impose aux dirigeants d’associations sportive, culturelles, humanitaires et autres d’ être de parfaits bénévoles. C’est à dire de faire un énorme travail sans être rémunéré. Voilà où est le gros problème.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Ce qui est scandaleux dans le cumul des mandat , c’est surtout de voir des gens prendre des responsabilités et de ne pas les assumer . Combien de texte ont été voté à l’assemblée nationale par quelques parlementaires seulement , alors qu’il s’agit de décider de la vie des citoyens . La fameuse révision de l’article 73 de la constitution qui a rompu l’égalité des citoyens de la Réunion par rapport au citoyens guyanais et antillais a été approuvée lors d’une séance nocturne qui s’est déroulée à 4 heure du matin en présence seulement d’une douzaine de parlementaires . N’est ce pas scandaleux ? Le sort des réunionnais ne vaut il pas autant que celui des français de l’hexagone ou des Antilles ?

    Un parlementaire qui ne siège pas pour aller assumer des responsabilité locales ne respecte pas le mandat et la confiance qui lui ont été donnés par ses électeurs . Le cumul de mandat ne doit pas se nourrir de l’absentéisme éhonté et scandaleux . Lorsqu’un élu qui a un suppléant ne peut pas siéger il doit laisser la place à son suppléant . Malheureusement , celui ci ne peut le remplacer que lorsqu’il est décédé ou définitivement empêché ou lorsqu’il a démissionné . Ce n’est pas l’esprit de la loi qui institue la suppléance

    S’il faut lutter contre le cumul des mandat c’est surtout pour éviter des abus , non pour réduire au minimum la représentation du peuple . Que la France compte plus de 1500 élus nationaux ne me parait pas excessif , par contre qu’il y ait environ 400000 élus de tous bords et de tous rangs qui perçoivent de l’argent public quelque fois dans des proportions inacceptables pour exercer un mandat politique , cela me semble excessif et sans commune mesure avec ce qui se passe en Grande Bretagne et en Allemagne . Il faudrait à mon avis s’engager sérieusement vers une diminution du nombre de communes et du nombre des adjoints au maire . De même, il n’est pas nécessaire que les conseils départementaux ou les conseil généraux comptent un quart si ce n’est plus des membres de leur assemblée comme vice présidents.

    Ce n’est pas sur le nombre de parlementaire qu’il faut agir si l’on pense que la France compte trop d’élus , mais surtout sur les élus territoriaux .

    Enfin une réforme dans ce domaine devrait mieux organiser les suppléances et permettre à tous ceux qui sont suppléants d’un élu qu’il soit national ou territorial , de le remplacer lorsqu’il ne peut pas assumer son mandat de manière temporaire .

    La France est certainement l’une des plus belles démocratie du monde . Mais la perfection n’est pas de ce monde et il faut encore l’améliorer même en prenant des petites mesures qui semblent sans importance mais qui sont souhaitées par les citoyens .

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Contre pouvoir. Ce qu’il nous faut c’est un contre pouvoir décentralisé, notamment lorsqu’une décision concerne la Réunion. Lorsqu’une loi est adoptée et que celle ci divise le peuple, les membres de l’opposition devraient pour pouvoir agir avec force et demander la révision de cette injustice. Il est inacceptable que l’article 73 de la constitution, prive les Réunionnais de solutions adéquates offertes aux autres membres des DOM. D’autant plus qu’un amendement proposé en missouk par un élu de la Réunion, a été accepté par une minorité de ses amis politiques. Encore une fois, l’intérêt politique politicard passe avant l’opinion d’un peuple. La France possède l’une des meilleurs démocraties, mais pourquoi il lui a fallu adopter 15 constitution depuis celle de septembre 1791 alors que sa voisine la Grande Bretagne n’ a pas codifié une seule. A mon humble avis, il y a toujours quelque chose qui ne tourne pas rond et malheureusement c’est encore la Réunion qui paye les frais. Kitt ta bouète, a koze y pénalyz a nou. Nou lé pa moin k’un autre citoyen français, A koze y traite a nou moin ke lé zott.
    Michel.M

    Article
    Un message, un commentaire ?