Di sak na pou di

Regard sur la politique actuelle

Témoignages.re / 31 décembre 2010

La situation de la population française s’est aggravée depuis un peu plus de 8 ans. Au regard de la politique menée par l’actuel président de la République et son gouvernement, c’est toujours le système libéral pur que l’on voit partout.

Les réformes qui ont été faites ont été dictées par le MEDEF français et avec l’aval de la Droite libérale européenne pour appauvrir les travailleurs français, la population de la classe moyenne, des ouvriers et des trois fonctions publiques et fonction publique territoriale.

L’orientation politique, économique, culturelle est un échec de Sarkozy.

Croissance négative : à 1,6% depuis des années et ça ne décolle pas.
Si l’on ne change pas de cap politique pour relancer l’activité à travers des politiques nécessaires de la construction de logements sociaux et intermédiaires avec des investissements privés et une réforme politique industrielle, nous allons droit au mur.
Il n’y a pas de grands chantiers pour relancer le développement des Régions.
Or, il faut, à travers une décision, la relance de la consommation des ménages par des augmentations du SMIC avec rattrapage de tout le blocage fait par Sarkozy sous l’impulsion du MEDEF français et des experts européens.
Il faut redonner confiance au monde du travail. Augmenter les salaires du SMIC et des ouvriers du Bâtiment et travaux publics, aux 3 fonctions publiques et la fonction publique territoriale et l’ensemble du secteur privé.
Ce gouvernement continue à faire des cadeaux à seulement 12% des Français les plus riches en France.

Ces 12% pour qui le Président Sarkozy a décidé de réclamer haut et fort à faire bénéficier de 172 milliards en niche fiscale et l’abaissement des impôts. C’est son choix politique pour la France même si les déficits atteignent un montant de 156 milliards, ce n’est pas grave.
Mais à côté de cela, cet argent des impôts des Français, distribué depuis 4 ans, a aggravé la situation de l’ensemble de la population française. Ce n’est pas grave pour Sarkozy.
Le Français a perdu confiance en son avenir et celui de ses enfants en même temps.
A la demande du MEDEF, ce gouvernement a mis en route une réforme des retraites disciplinaire dans différents domaines, en évoquant comme argument que la caisse des retraites est déficitaire. Mensonge !!!

Mensonge, étant donné la priorité de Sarkozy.

Sa priorité, c’était de mettre la main sur la caisse de réserve des retraites que Lionel Jospin avait mise en place depuis 1997, dont le montant s’élève à 37 milliards d’euros actuellement.
Par exemple, dans les années 1970, on avait 8 salariés qui, par leurs cotisations, contribuaient à cotiser pour un retraité.
Aujourd’hui, on est passé à 1,8 salarié. Quelle est la cause et pourquoi ?
Depuis des années, la France est gouvernée sans aucune décision politique de projets d’investissements industriels et de grandes commandes de chantiers.
L’orientation politique économique, sociale et culturelle n’est pas porteuse d’un vrai développement de la croissance d’emploi nécessaire pour la France.

Depuis les années 1990, la France est rentrée dans l’heure de la modernisation, des machines bureautiques et informatiques qui ont remplacé l’humain sans la mise en place d’une politique de compensations. L’exemple est la caisse du chômage et la caisse des retraites.
La rentabilité et le bénéfice tirés de tout cela, la population française n’en bénéficie pas.
Au regard de l’analyse de la situation, nous constatons que nos élus laissent parler leurs intérêts personnels, mais pas l’intérêt général.
Ce gouvernement Sarkozy est en train de larguer La Réunion. La preuve : quand le ministre de l’Outre-mer vient à La Réunion, au lieu d’annoncer la relance de l’activité par les logements sociaux que Bercy bloque depuis 6 mois. Dans ce secteur, les travailleurs souffrent par ces licenciements.
Idem lorsque le nouveau Président de Région casse et annule les grands chantiers avec la complicité du Président et du gouvernement actuel.
Et quand Didier Robert parle de la dotation territoriale qui existe depuis plusieurs années.
Et il veut faire croire aux Réunionnais qu’il est en train de leur faire un cadeau ?
Quand ce même président est en train de distribuer aux associations nouvellement créées toutes sortes de subventions au lieu de mettre de l’argent dans des secteurs porteurs du développement tel que l’exportation de fruits, par exemple, qui est porteur d’avenir et de création d’emplois.
Pourquoi ne pas avoir une chambre froide à Gillot et faire venir un cargo spécial pour transporter les letchis, l’ananas, la mangue, l’avocat ou autres fruits ?
Et quand Didier Robert se substitue à l’Etat sur l’avancement de l’argent pour démarcher la collectivité communale au lieu de développer la Région Réunion par la mise en place du Schéma d’aménagement régional. Et quand il remet en cause l’étude de la route en corniche et casse le traçage du tram-train. Est-ce que cette décision politique n’est pas prise volontairement pour faire reculer les Réunionnais ?
Il faut que le gouvernement donne les moyens pour enrayer les 140.000 chômeurs, mais pas 110.000 comme les statistiques INSEE le donnent. Etant donné que pour un travailleur qui a un contrat de travail de 2h à 3h par semaine, ce n’est pas égal à un SMIC par mois d’un salaire interprofessionnel de croissance. En France, toujours avec une croissance négative de 1,6% et 9,31% de chômeurs, soit environ 2 millions sept cent soixante-dix mille travailleurs au chômage (2 millions 770.000).

Avec cette politique d’orientation négative et un déficit de 156 milliards, on ne pourrait pas nourrir les 65 millions de Français dans les années à venir.

Roger Alagama


Kanalreunion.com