Di sak na pou di

Réserve marine à La Réunion : le Tribunal administratif interdit la pêche aux requins dans les espaces protégés

Témoignages.re / 17 septembre 2013

Le 28 août 2012, la Préfecture de La Réunion lançait une campagne de pêche aussi infondée que critiquable au prétexte de réévaluer la possibilité de rendre commercialisable la chair des requins côtiers pourtant connue pour sa dangerosité pour la santé humaine et son peu d’intérêt sur un plan gustatif.

Comble de cette ironie, la préfecture poussait l’amateurisme de sa décision jusqu’à autoriser les pêches punitives (déguisées en campagne scientifique) dans les espaces sanctuarisés et de protection renforcée de notre Réserve nationale marine.

Trois associations, dont Sea Shepherd France, ont alors porté l’affaire devant le Tribunal administratif de Saint-Denis dont le jugement rendu le 30 juillet 2013 vient de nous parvenir. La décision du juge est sans appel. Sea Shepherd France, l’ACSP et l’ASPAS ont permis de faire respecter le droit et de rappeler que personne, pas même le préfet de La Réunion, n’est au-dessus des lois de la République.

En effet, l’arrêté préfectoral qui autorisait les pêches dans les zones de protection intégrale, mais aussi renforcée est purement et simplement annulé. C’est une grande victoire au sens où ce jugement clôt définitivement les affabulations et autres polémiques sur ce qu’il est possible ou non de faire dans la Réserve marine.

Pour l’avenir, ce jugement implique que toute forme d’élimination des requins par la pêche est strictement interdite dans les espaces de protection intégrale et renforcée de la Réserve nationale marine de La Réunion. Aucun protocole de pêche actuellement validé ne pourra se dérouler dans les espaces précités. Cela concerne les pêches post-accident, la campagne de pêche dite ciguatera 2 ; mais aussi à l’avenir l’introduction des drum lines ou autres palangres telles qu’elles sont prévues dans le projet de pêche que Cap Requin tente de nous imposer comme « propre et compatible avec la pérennité des populations de requins ».

Sea Shepherd France se félicite donc de cette décision de justice rendue au nom du peuple français. Nous appelons chacun à la vigilance citoyenne et à rester mobilisé afin de pouvoir, le cas échéant, constater et témoigner du non-respect de ce jugement.

Sea Shepherd France


Kanalreunion.com