Di sak na pou di

Retraite : pourquoi cette réforme est dangereuse ?

Témoignages.re / 15 septembre 2010

La propagande actuelle du gouvernement vise à faire croire que le projet de réforme présenté est juste et solidaire.
Les arguments ci-dessous démontrent que non seulement cette réforme est injuste, mais en plus, elle présente un vrai danger, car non seulement elle ne permettra pas d’atteindre les objectifs d’équilibre attendus, mais de surcroit, elle générera d’autres problèmes pour les juniors comme pour les seniors.
Tous ceux qui ont étudié attentivement le dossier ont bien compris que 80% de la charge reposent sur les salariés. Comme solidarité, on peut faire mieux !

Par ailleurs, les projections du COR (Conseil d’Orientation des Retraites) démontrent que travailler plus ne suffira pas, et qu’en tout état de cause, selon le positionnement des curseurs (âges de départ à la retraite, durée de cotisation, taux de prélèvement), le déficit variera de 20 à 60 milliards d’ici 2050. Voilà donc pour l’impossible équilibre sur la base du projet actuel.

D’autre part, si les seniors doivent prolonger la durée de l’activité, encore faudrait-il permettre à ces seniors de rester en activité. Or, en 2010, seulement 40% de la classe d’âge 55–64 ans sont toujours en activité. Que fera le gouvernement, et avec quel modèle économique, pour permettre aux 60% de rester en activité ? Ceux-là devront attendre 67 ans (au lieu de 65 ans actuellement) avant de demander la liquidation de leur pension.

Si les seniors restent deux ans de plus en activité, cela signifie que les juniors arrivant sur le marché du travail devront attendre deux ans de plus avant de les remplacer par le glissement des générations. Pendant ce temps, le gouvernement devra trouver les budgets nécessaires pour indemniser ces jeunes (chômage, RMI). De plus, pour ces jeunes qui se sont donnés du mal pour poursuivre des études longues ou des formations pointues, le risque est de voir leur formation devenir obsolète pour avoir trop attendu avant de mettre en pratique leurs connaissances, et d’être dépassés dans leur domaine.

A ces conséquences s’ajoutent pour La Réunion les difficultés que nous connaissons : un taux de chômage important, plus de la moitié de la population au minimum vieillesse, une espérance de vie de 3 à 4 ans moindre que la moyenne nationale...

Et pourtant, pour pérenniser le système par répartition, une vraie solution existe : Il suffirait que le gouvernement s’attache à pratiquer une politique fiscale juste et solidaire. Quand nous savons que tous les ans, entre 15 et 20 milliards d’euros s’évanouissent dans les paradis fiscaux avec la complicité des politiques, quand nous savons qu’une partie de cette richesse détournée suffirait à équilibrer les régimes des retraites par répartition....

Mais quand nous savons également que ces mêmes milliardaires financent les carrières politiques et les campagnes électorales de ceux qui gouvernent, alors nous comprenons mieux pourquoi ceux qui nous gouvernent sont dans l’incapacité d’agir en ce sens....

Il nous appartient donc, à nous, héritiers des luttes sociales, par nos mobilisations de plus en plus fortes, de reprendre en main notre destin pour une société de justice et de solidarité !

Paul Junot


Kanalreunion.com