Di sak na pou di

Route Littorale en mer : on n’en veut toujours pas, même pour Noël !

Témoignages.re / 24 décembre 2012

La majorité régionale vient de voter son budget 2013 en incluant le financement à 1,632 milliard de sa nouvelle route littorale en mer. La Région fait ainsi plus que tripler ses investissements en 2013. Notre association « Alternatives Transports Réunion » (ATR-fnaut), condamne fermement l’aventure maritime dans laquelle la Région s’acharne à engager les Réunionnais.

1- La Région met la charrue avant les bœufs

La Région engage trop vite les dépenses avec l’argent des contribuables puisque les études ne sont pas encore finies : environnement côtier et halieutique, ressource en matériaux, raccordement aux villes…

En lançant les appels d’offre sur un pont de chantier à la Possession, sur la plateforme de Saint-Denis et de la Grande Chaloupe, elle veut verrouiller son projet de liaison « Possession-Saint-Denis » par la mer sans s’assurer :

-Des débouchés et de la traversée du chef-lieu ; tout le monde voit la Région et la Commune se renvoyer la balle (où est le consensus vanté ?) ;

- Sans s’assurer de l’articulation de la route littorale avec le cœur de ville de la Possession en cours d’étude ;

- Sans s’assurer non plus de l’autorisation d’occupation du domaine public maritime - non encore acquise et qui n’est toujours pas soumise à enquête publique.

2- Méthode Coué 1 : la Région espère que le budget sera inférieur à 1,6 milliard d’euros

Pour se rassurer, la Région fait une prophétie auto-réalisatrice. Mais on ne pourra pas faire croire encore longtemps aux Réunionnais que le coût final de la nouvelle route littorale en mer sera inférieur au 1,6 milliard d’euros du départ :

- en allant chercher les matériaux à l’étranger,

- en augmentant la longueur et la hauteur du viaduc,

- en réalisant la piste cyclable et un double échangeur à la Grande Chaloupe,

- et avec les mesures compensatoires environnementales réclamées, etc…

Tout le monde s’accordait déjà pour prendre le faible montant annoncé alors comme une plaisanterie … Comment pourrions-nous dans ces conditions payer moins demain ?

La Région veut se rassurer en prétendant passer aujourd’hui des marchés toujours contenus dans l’enveloppe budgétaire. Il est vrai qu’elle peut être tentée demain de maquiller en travaux supplémentaires ces dépassements prévisibles ! Et puis ne prévoit-elle pas d’ailleurs de renoncer aux investissements ultérieurs, bien que nécessaires, pour financer son caprice pharaonique ?

3- Méthode Coué 2 : la Région espère que la nature sera domptée.

Sommes-nous à l’abri des erreurs humaines ou des dépassements de la résistance calculée de l’ouvrage par les imprévus ? Or tout cela présente moins de conséquence sur terre qu’en mer où les projets sont d’avantage exposés aux risques des éléments et à leurs aléas. Serons-nous encore capables d’y faire face ?

La nature n’étant déjà pas domptée sur terre, la Région veut-elle nous faire croire qu’elle pourra la dompter face aux menaces de notre océan ?

Nouvelle Route Littorale : Il nous faut revoir la copie ! A suivre…

Pour le bureau, Bruny PAYET

Alternatives Transport Réunion – ATR-Fnaut


Kanalreunion.com