Di sak na pou di

Saint-André : 10 décembre 1967- 10 décembre 2015, la fidélité du souvenir

Témoignages.re / 11 décembre 2015



JPEG - 115.7 ko
Jacky The Seng fleurit la tombe d’Edouard Savigny.

Le 10 décembre 1967 – dimanche d’élection partielle, opposant le Dr Sully Dubard à Paul Vergès – restera à jamais une journée de honte dans l’histoire de Saint-André, et que les militants communistes ne sauraient oublier.

Ce jour-là, en effet, un modeste journalier agricole, Edouard Savigny, avait été battu à mort par les nervis du Dr Dubard. On lui reprochait (quel crime !) d’avoir prêté sa cour pour une réunion publique de Paul Vergès, dans ce qu’était alors La Réunion « démocratique » de ce bon Monsieur Michel Debré !

Ce jeudi, 10 décembre, 48 ans après, une délégation de militants Saint-Andréens a tenu à honorer le souvenir d’Edouard Savigny en allant se recueillir sur sa tombe au cimetière de la ville, avec un triple souci :

—  Celui de ne jamais oublier le sacrifice de ceux, parmi les plus humbles et les plus modestes, qui ont donné leur vie pour la liberté, la justice, l’égalité dans notre pays.

—  Celui de rester fidèle à la demande de notre regretté camarade Ary Payet de poursuivre la démarche qu’il avait initiée dès 1968, en se rendant sur la tombe d’Edouard Savigny, lorsqu’il ne serait plus des nôtres.

—  Celui de montrer l’esprit de résistance et celui de fidélité aux valeurs fondatrices du PCR, face aux jeunes générations qui ont hélas vu monter, y compris dans notre parti, de dérisoires ambitions carriéristes et opportunistes, n’hésitant pas aller jusqu’au reniement et qui n’ont plus rien à voir avec un engagement politique sincère et désintéressé pour notre pays.

Etre communiste réunionnais, cela ne se proclame pas, on essaie de le devenir dans le respect du peuple et en pratiquant les idéaux fondateurs du PCR.

Jean-Paul Ciret
Saint-André


Kanalreunion.com