Di sak na pou di

Saint-André… avant de « monter en l’air le pied coco »… !!!

Témoignages.re / 4 juin 2013

On dit souvent que l’on a les soutiens que l’on mérite ; cet adage en trouve confirmation une nouvelle fois dans les prétendues « réponses » apportées aux courriers d’un ami et camarade Paul Dennemont à propos de l’élection d’une « Miss Saint-André » et des nuisances liées aux problèmes du réseau d’assainissement au chemin de l’Etang à Cambuston.

Si je me permets de revenir sur ces « réponses » en complément de ce qu’a écrit Paul, ce n’est pas parce qu’il ne serait pas assez grand pour se défendre tout seul, comme l’on dit : son honnêteté, sa sincérité, la clarté de sa pensée et de son expression tranchent singulièrement avec le charabia, les contradictions, les incohérences, les énormités que l’on peut lire sur certains sites, en “faveur” du maire de Saint-André.

Mais la mauvaise foi et une incroyable hargne dont on imagine aisément la cause sont inacceptables dans ce qui devrait rester un débat d’idées et non pas tourner en attaques injustifiées et injustifiables mettant méchamment en cause un militant communiste bien différent de l’image que cherche à en donner son interlocuteur(trice).

Curieuse, en effet, cette signature changeante (SV un jour, GR le lendemain pour le même courrier). Toutefois, l’essentiel se situe bien ailleurs.

On remarque, en effet, que notre vaillant(e) correspondant(e) évacue prestement la contradiction soulevée par mon ami entre la position officielle de l’UFR et de Madame Bello sur les élections de Miss et le choix du maire de Saint-André d’en soutenir une dans notre commune.

Et c’est ce camarade qui se voit transformé — allez savoir pourquoi — en opportuniste et accusé d’être un tenant de la pensée « unique » , puisque c’est bien connu, au PCR, on ne pense pas, on s’aligne !!! De la même façon totalement gratuite et injuste, on lui reproche de ne pas parler des autres violences faites aux femmes (mais était-ce la question ?), en insinuant de façon extrêmement perverse que la cause de la lutte contre les violences ne l’intéresserait pas, pire, qu’il serait même complice de ce si grave fléau social !!!

C’est la même chose sur le problème des nuisances au chemin de l’Etang : ce qui a révolté Paul, outre l’existence de ces nuisances qui posent un vrai problème sanitaire, de salubrité publique et pas seulement « environnemental » , c’est la désinvolture méprisante de la conseillère générale du 1er canton, reprochant aux habitants du quartier de se plaindre régulièrement de mauvaises odeurs… avant des élections !

Cette démarche du camarade n’exonère en rien les responsabilités de l’ancienne municipalité, mais elle ne dédouane pas non plus la gestion du problème par l’actuelle majorité. Poser la question n’est en rien faire injure à des élus que l’on dit responsables.

De la même façon que dans la discussion sur l’affaire de l’élection de Miss, c’est encore la même diversion avec la référence aux bacs jaunes, la déchetterie ! Il n’était pas question de cela, ni de contester ces réalisations.

Quant à la grève à la SEPUR dont Paul s’est contenté de mentionner les conséquences, où a-t-il déformé le sens du mouvement des travailleurs ? En s’en déclarant solidaire, en estimant légitimes leurs revendications ? La moindre des honnêtetés intellectuelles consisterait à ne pas faire dire aux autres ce qu’ils ne disent absolument pas !Quant à la grève à la SEPUR dont Paul s’est contenté de mentionner les conséquences, où a-t-il déformé le sens du mouvement des travailleurs ? En s’en déclarant solidaire, en estimant légitimes leurs revendications ? La moindre des honnêtetés intellectuelles consisterait à ne pas faire dire aux autres ce qu’ils ne disent absolument pas !

C’est pourquoi la conclusion de la « réponse » parue dans la presse du 25/05 apparait proprement inacceptable, tout comme celle sur l’élection des Miss, par tant de hargne aussi aveugle que déplacée.

La vérité fait souvent très mal et fait perdre toute lucidité, toute rigueur et toute mesure. Avant de prétendre donner des leçons, mieux vaut regarder où l’on met soi-même les pieds, et en matière d’honnêteté et d’intégrité intellectuelle, Paul n’a assurément pas à en recevoir. Il ne fait certainement pas partie de ceux qui, sans explication, sans discussion, sans daigner répondre à ceux qui se sont permis de les interpeller, ont trahi, toute honte bue, le Parti communiste réunionnais, sans qui ils ne seraient pas aujourd’hui au pouvoir, mais, avec précision de taille, l’arrogance en plus !

Jean-Paul Ciret

Saint-André


Kanalreunion.com