Di sak na pou di

Si di a zot

Témoignages.re / 20 janvier 2012

Les marmailles du Plate à la rencontre de l’auteur de Tigouya
Mercredi 18 janvier à la plateforme de service du Plate Saint-Leu, douze enfants du village, âgés de 4 à 7 ans, ont découvert l’univers du livre grâce à un projet mis en place par la plateforme de service du Plate en partenariat avec la bibliothèque du Piton. Ne sachant pas encore lire, ils ont trouvé le moyen de s’approprier l’histoire et de la comprendre. “Le Margouillat qui voulait voir l’océan”, l’album écrit par Teddy Iafare, a suscité un vif intérêt chez les enfants.

Tigouya est un petit margouillat qui vit à Mafate. Un jour, il décide de quitter le cirque pour aller découvrir l’île. Il passe ainsi de ville en ville et poursuit son aventure au rythme des nombreuses péripéties qui l’attendent.

Assis sur un tapis, dans le coin lecture, les enfants étaient impatients de pouvoir discuter avec celui qui a créé leur petit margouillat. Les parents ont aussi assisté à la rencontre. Trouvant l’idée intéressante, ils n’ont pas hésité à inscrire leurs enfants.

Les marmailles ont découvert la lecture et l’univers du conte. Cinq séances, en compagnie de Venise, passées à se représenter le voyage de Tigouya sur une carte de l’île ou encore à imaginer une suite à l’album. Ils ont appris à se situer dans l’espace et se sont impliqués dans le projet. Ils avaient ainsi de nombreuses questions à poser à l’auteur et ont même réclamé la suite de l’histoire.

Grâce à ce projet, les enfants ont compris la dimension humaine du livre. Le 1er février, ils vont pouvoir assister à la représentation, donnée par la troupe des comédiens du Théâtre des Alberts, qui aura lieu à la plateforme de service du Plate. Après avoir rencontré l’auteur, ils vont maintenant pouvoir rencontrer Tigouya, en personne.

• Leptospirose : L’ARS-01 appelle à la vigilance
Chaque année, durant la saison des pluies, on constate une recrudescence des cas de leptospirose à La Réunion. Les fortes pluies entraînent un lessivage des sols qui augmente le risque de contamination des eaux par les urines des animaux infectés. C’est pourquoi l’Agence de Santé Océan Indien tient à rappeler, en cette saison des pluies, les mesures de prévention et de protection individuelle essentielles pour limiter les risques d’infection par cette maladie.

Rappel :
La leptospirose est une maladie pouvant être grave, parfois mortelle. Elle est provoquée par une bactérie, la leptospire, répandue dans le monde entier, et dont il existe plusieurs variétés. Les leptospires sont susceptibles d’infecter un grand nombre de mammifères sauvages (rongeurs, tangues, musaraignes, etc.) et domestiques (bovins, ovins, caprins, porcs, chiens) qui les excrètent dans leur urine. Les bactéries peuvent survivre plusieurs mois dans un milieu humide et chaud. La maladie se transmet principalement par contact avec de l’eau douce ou des sols boueux souillés par les urines d’animaux infectés.

En 2011, 42 cas d’infection par la leptospirose ont été confirmés à La Réunion. Parmi ces patients, 39 ont dû être hospitalisés.

Symptômes :
Ils apparaissent de 4 à 14 jours après la contamination. Il s’agit généralement d’une fièvre élevée (en général >39°) d’apparition brutale accompagnée de douleurs musculaires, articulaires, abdominales et/ou de maux de tête. Cependant, les symptômes peuvent être très différents d’un malade à l’autre.

La maladie peut évoluer vers une atteinte du foie (jaunisse), des reins, des poumons, des méninges... Dans 20% des cas, elle se complique d’un syndrome hémorragique.

Mesures de prévention et de protection individuelle :

- Dans la mesure du possible, se protéger par le port de bottes et de gants lors d’une activité à risque (agriculture, élevage, jardinage, pêche en eau douce, chasse...) ;

- Eviter de se baigner et de marcher dans l’eau douce, à défaut, protéger les plaies en utilisant des pansements imperméables et limiter les contacts des muqueuses avec l’eau

- Eviter de marcher pieds nus ou en chaussures ouvertes sur des sols boueux ;

- Consulter sans délai un médecin en cas d’apparition des symptômes en lui signalant l’activité à risque pratiquée.

• Des transporteurs bloquent la carrière du Port
Hier matin, conformément à ce qui était prévu, une quinzaine de transporteurs ont bloqué les accès aux trois carriers du Port, Lafarge, Holcim et SCPR. En fin de matinée, ils n’excluaient pas d’effectuer d’étendre leur action à d’autres carrières de la région Ouest.

Mécontents, les grévistes réclament l’application de la grille tarifaire signée en 2010 par l’État, le Conseil régional et le Département. Ils reprochent également à « certains donneurs d’ordre » leur « mauvaise foi », car, affirment les grévistes, « ces derniers demandent une signature de la DIECCTE (Direction des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi) alors que la préfecture a déjà donné son aval ». Aucune réunion n’est prévue pour le moment.

À l’aide de galets postés à chaque entrée, ils étaient une quinzaine de transporteurs à manifester leur mécontentement. Une colère qui a fait un bond mercredi 18 janvier au soir à l’issue d’une réunion de plus de trois heures entre les entreprises de carrières, Lafarge, Holcim et SCPR, et les syndicats, FTR (Fédération des terrassiers de La Réunion), FT2R (Fédération des transports routiers de La Réunion), le Collectif ainsi et des transporteurs. À l’ordre du jour, l’application de la grille tarifaire signée en 2010 par l’État, le Conseil régional et le Département.

« À un moment, les entreprises Holcim et SCPR ont eu la réalité et le besoin d’appliquer cette charte jusqu’au moment où le groupe Lafarge a émis une condition, à savoir, l’approbation de la DIECCTE. Nous ne comprenons pas pourquoi cette signature alors que la charte a déjà eu l’aval de la préfecture. L’entreprise met ainsi les dires du préfet en doute », affirmait alors, mercredi au soir, Michel Allamèle. 


Le syndicaliste se dit « dégoûté » et « déçu de l’attitude du groupe Lafarge » qui, ajoute-t-il, « entraîne les autres dans cette situation ». Il rappelle que la grille tarifaire a été rédigée par des spécialistes.


Kanalreunion.com