Di sak na pou di

Souviens-toi, toi qui étais bien jeune à l’époque, de ce parc où le politique et le religieux avaient alors osé le bon sens réunionnais…

Témoignages.re / 12 décembre 2012

Mariage pour tous : le débat se poursuit

NDLR : Dans son édition du vendredi 8 décembre, "Témoignages" a publié un courrier de Raymond Lauret donnant un point de vue sur la marche du collectif "Tous pour le mariage homme-femme" prévue pour le dimanche suivant. Hier, au lendemain de cette marche, "Témoignages" a donné son analyse de l’événement. Raymond Lauret a son point de vue, nous le reproduisons ci-après. Pour sa part, Marie-Hélène Berne a une opinion différente de celle de Raymond Lauret. Le débat continue.

A l’heure où le PCR entame sa reconstruction, comment juger l’article que M.M. publie dans “Témoignages” et sa page “POLITIQUE” de ce mardi 11 décembre, article dans lequel celui qui en est le rédacteur en chef s’autorise à affirmer, à propos de la manifestation qui s’est déroulée dimanche dernier à Saint-Denis contre le fameux projet de loi que le gouvernement prépare, que ce fut « un échec… », que « l’irruption des religieux dans le débat politique (a été) sanctionnée » et que « cette irruption du religieux dans le débat politique rappelle une époque où la croyance était utilisée pour peser sur une élection » . Regrettable.

Regrettable d’abord, parce que le propos de M.M. — qui n’est pas un simple lecteur de “Témoignages” — revient à dire qu’un responsable religieux n’aurait pas le droit d’être également un citoyen soucieux de ce qu’il croit être la bonne marche de son pays. Idriss Issop Banian, Bernard Boutboul, Daniel Minienpoullé, Gilbert Aubry, pour ne citer que ceux-là, n’auraient-ils pas, eux aussi avec d’autres, à attirer l’attention de leurs concitoyens sur ce qui leur semble dangereux dans tel ou tel projet de loi en préparation ? Les militants de la « Ligue des Droits de l’Homme et du citoyen » se sont réunis eux aussi l’autre dimanche et se sont exprimés sur la question. Qui oserait le leur reprocher ? Pourquoi cette agressivité contre certains ?

Regrettable également parce que, se laisser aller à parler de « l’époque où la croyance était utilisée pour peser sur une élection » , c’est ignorer ou — pire — feindre d’ignorer que depuis, seul exemple que nous prendrons, l’ADNOE est née à la fin des années 1960 quelque part à Saint-Denis, Rue de la Source, là où s’élève aujourd’hui le siège du Conseil général, dans la grande salle des bâtiments qui appartenaient à l’Eglise catholique, juste à côté d’une petite chapelle. Et ceux et celles qui s’y côtoyaient pouvaient croire en Dieu ou ne pas y croire.

Regrettable encore, parce que parler d’échec pour une manifestation qui n’a pas réuni 5.000 personnes, mais (seulement) 2.000, c’est mesquin. C’est même petit. C’est ne pas voir ce qui se passe derrière sa propre porte, dans son propre camp, sous ses propres yeux.

Regrettable aussi, parce que c’est faire comme si des Réunionnais, croyants ou pas, pratiquant ou pas l’hindouisme, l’islam, le catholicisme ou toute autre religion chrétienne, n’avaient pas le droit de se retrouver avec leurs pairs et avec d’autres pour exprimer une opposition ou un soutien. Que l’on cesse de croire que les autres sont des moutons de Panurge…

Regrettable enfin, parce que c’est feindre d’ignorer que « les groupes religieux » ont un jour, c’était il y a un peu plus de 20 ans, été invités par le Maire d’une de nos communes pour marquer la nécessité de symboliser le dialogue inter-religieux comme point fort de notre société. Il en naquit un parc, lieu unique à La Réunion et peut-être en France, pour préfigurer l’avenir… Le politique et le religieux avaient alors osé le bon sens réunionnais.

Raymond Lauret


Kanalreunion.com