Di sak na pou di

Stop au gaspillage alimentaire en France

Courrier des lecteurs de Témoignages / 17 mai 2015

Pendant des mois, un groupe de bénévoles de Courbevoie (92) ont récupéré 3 soirs par semaine les invendus d’un supermarché de cette commune pour les distribuer aux personnes les plus nécessiteuses et aux SDF. Ils ont ensuite lancé une pétition sur change.org pour obtenir une loi imposant à tous les supermarchés de distribuer leurs invendus. (180 000 signatures déjà remises au Président Hollande). Pourquoi une loi ? Car en France, nous avons d’un côté, une classe moyenne qui a de plus en plus de problèmes économiques. En effet, dès le 10 de chaque mois, des millions de Français sont sous l’eau après avoir payé leur loyer et leurs charges. En outre, il y a de plus en plus de SDF dans nos rues…

De l’autre côté, chaque supermarché gâche chaque jour plus de 20 kg de nourriture. C’est impensable avec la crise économique actuelle ! Cette proposition, peut aider à éradiquer une partie de la faim dans notre pays.

Le Sénat vient de voter à l’unanimité cette proposition le vendredi 10 avril dernier à travers un amendement dans la Loi dite “Macron”. C’est maintenant au tour des députés de voter cet amendement.

Des parlementaires de droite comme de gauche soutiennent cet amendement (Frédéric Lefebvre, Alexis Bachelay, Pouria Amirshahi, Guillaume Garot, Jean-Pierre Decool, Thierry Solere, Xavier Bertrand, Jean-Christophe Lagarde, Maurice Leroy, Christophe Premat).

Concrètement, cette loi permettra à n’importe quelle association de solidarité de récupérer des invendus consommables auprès d’un supermarché, et de les distribuer immédiatement, le soir même, aux démunis.

Cet amendement dans la loi Macron sera soumis au vote dès la fin de la semaine prochaine (contrairement au rapport du député Guillaume Garot sur la lutte contre le gaspillage alimentaire (qui ne sera pas débattu avant octobre puis voté en 2016).
À La Réunion, département français où nous connaissons la plus grande inégalité de revenus, où le coût de la vie selon l’INSEE est de 12 % plus cher qu’en Métropole et où 20 % des plus pauvres ne touchent guère plus de 242 euros/mois (avant prestations sociales), il est essentiel que nos parlementaires se mobilisent.
Les personnes âgées-qui ne peuvent bénéficier d’allocations « femmes seules », familiales et de rentrée scolaire (entre autres…) sont les plus touchées.

Certes dans l’idéal, il faudrait-notamment sur notre île – accompagner cet amendement d’une éducation et d’un accompagnement à la consommation des familles comme le fait l’association SOUBIK pour réduire le surendettement massif dû en grande partie au matraquage publicitaire dont nous faisons l’objet. (Une carte de crédit style carte vitale éviterait par ailleurs aux familles de s’engager sur un total de crédits dépassant les 30 % de leur budget).

Il serait intéressant aussi que soit créée dans chaque commune une « épicerie solidaire » à bas prix pour les personnes et familles non imposables avec proposition de produits de base et limitation hebdomadaire des dépenses (comme SOUBIK à Saint Denis) et pourquoi pas des « jardins ouvriers » (prêtés à des familles pour cultiver un potager comme pense le faire le maire de Bras Panon) et encourager les échanges entre celles-ci (comme sait le faire l’association REUNISEL.)

Il reste aux élus à avoir la volonté politique de soutenir cette action, aux associations d’entraide de coopérer sans esprit de compétition ou d’exclusion, à organiser stockage (sécurisé) et distribution de façon équitable (avec contrôle strict pour éviter les abus)
RESPA SEUL participera selon ses moyens à cette action avec toutes les bonnes volontés de cette ile (associations ou particuliers). Contact 0262 582 581 (Heures bureau)

Patrice Louaisel
Président de RESPA SEUL


Kanalreunion.com