Di sak na pou di

Théâtre Vollard : lettre ouverte à monsieur le maire de Saint-Denis

Témoignages.re / 25 septembre 2012

Lors d’une réunion le 19 septembre dernier, votre adjoint René-Louis Pestel a confirmé ce qu’annonçait une lettre recommandée en juillet : la mairie supprime la totalité de ses subventions au Théâtre Vollard. Raisons invoquées ? La politique culturelle de la Ville est désormais « uniquement centrée sur les quartiers », le Théâtre Vollard a des projets qui « paraissent ancrés à l’extérieur ». Il est invité à « refaire des pièces politiques », abandonner l’opéra, développer la formation y compris dans les écoles primaires.
Que devient Saint-Denis Ville universitaire, « phare de l’océan Indien » ? Où sont les ambitions de la Cité si l’aide à la création est abandonnée ? Jeumon est devenu une pelouse et l’argent public est gaspillé dans des “Kaloo Bang”, des événements mal organisés et sans intérêt artistique. Les comédiens sont priés de quitter la scène pour devenir des auxiliaires sociaux. La gratuité imposée au public, humiliante, a cassé les compagnies. Leurs spectacles, créés sans le soutien de la mairie, ont été achetés à bas prix : c’est ça ou rien.
Vous avez demandé de vous alerter avant qu’il soit trop tard. Les Dionysiens sont mécontents, les professionnels sont en colère, le directeur des Affaires culturelles a démissionné. A mi-mandat, le moment est venu d’imaginer une autre politique qui, sans négliger ni les quartiers, ni l’éducation, soit respectueuse des artistes et des créateurs, intelligente, ouverte sur le monde, à la hauteur de Saint-Denis, première ville de l’Outre-mer.

Le Théâtre Vollard


Kanalreunion.com