Di sak na pou di

"UMP et droite sociale : des alliés objectifs ?

Témoignages.re / 17 mars 2012

Les prochaines élections législatives à Saint-Denis sont révélatrices sur plusieurs points de l’évolution des coalitions politiques locales. Ce qui en ressort, c’est que certain(e)s candidat(e)s sont prêt(e)s à toutes les compromissions pour arriver à forcer leur destin personnel pour gagner. Même trahir le propre camp dans lequel ils se situent aujourd’hui. Le jeu sur Saint-Denis est clair : d’un côté, le député sortant UMP, la candidate du PS, la Présidente du Conseil général élue par une majorité de gauche et droite sociale, et le candidat du PCR. Si les informations qui circulent dans les milieux autorisés de l’UMP locale sont exactes, alors le principal adversaire commun de l’UMP et de la droite sociale est la candidate PS issue de la municipalité dionysienne. La droite sociale qui a pourtant appelé à voter François Bayrou à la Présidentielle ménage sa monture malgré tout à droite pour tenter de contrer la gauche. Quels accords sont alors en cours de discussion pour se partager la mairie en 2014 et la députation cette année ? Les observateurs avisés ont bien compris qu’un rapprochement s’opérait entre la Présidente du Conseil général et le Président de Région UMP. L’image était claire lors des plateaux TV communs pour défendre les mesures contre la vie chère. L’objectif était bien de déminer avant l’arrivée du Président Sarkozy à La Réunion. Ce rapprochement précède pourtant la position que Bayrou aura à prendre entre les deux tours. La déclaration de la Présidente qui dit retrouver sa famille d’origine n’est pas neutre non plus dans ce jeu, voulant rassurer son partenaire à droite. D’ou l’inquiétude légitime de Michel Lagourgue, Modem canal historique, qui se fait actuellement doubler sur sa droite par la présidente candidate à la députation. Malgré les engagements de façade, 2014 est encore très loin et rien n’interdit de penser que ce deal pour 2014 pourrait se faire entre l’UMP et la droite sociale, deux formations politiques déjà fortement imbriquées en métropole.

Ce qui est regrettable, c’est que dans ce jeu, ce sont les électeurs qui sont instrumentalisés.

M. Lauret


Kanalreunion.com