Di sak na pou di

Un écologisme conséquent ?

Geoffroy Géraud-Legros / 14 janvier 2012

Sur un site d’information en ligne, M. Bruno Bourgeon, candidat l’année dernière à l’élection cantonale de Sainte-Marie, sous le label "Europe Ecologie les Verts" (EELV), commente le processus électoral en cours sur la commune limitrophe de Sainte-Suzanne. Celui-ci n’aurait, écrit-il en substance, que pour seul but de positionner Maurice Gironcel en vue des élections législatives. Les projets de développement, poursuit-il, n’auraient aucune place dans la démarche du candidat PCR. Le Dr Bourgeon achève son propos par un réquisitoire contre l’installation d’un incinérateur « dans les Hauts de Sainte-Suzanne ou ailleurs ».

Le caractère partial de cette intervention apparaît de prime abord : tous ceux qui suivent, même de loin, les débats de la campagne de Sainte-Suzanne peuvent constater que le projet, et particulièrement sa dimension environnementale, est au cœur des choix du PCR en matière d’aménagement et d’équipement.

Il n’y a d’ailleurs là que la déclinaison locale d’un vaste projet écologique formulé par les communistes, salué au niveau national, et même au-delà, par le Prix Nobel Rajendra Pachaury, lors d’un entretien avec Paul Vergès en 2009 à l’occasion du Sommet de Copenhague.

Ce dispositif combine l’essor du rail, des énergies renouvelables et les modes alternatifs de traitement des déchets ; il poursuit les objectifs, évalués et objectivés, d’autosuffisance énergétique et alimentaire, et de développement de l’emploi dans le secteur "vert". Soit dit sans polémique, le projet écologiste des communistes réunionnais présente une cohérence et une expertise qui manquent à celui d’EELV-Réunion, dont les contours apparaissent fort troublés... et l’ont été plus encore ces derniers temps, après la valse-hésitation électoraliste de ses dirigeants autour du tram-train.

S’agissant de l’incinérateur, on ne peut que tomber d’accord avec M. Bourgeon : l’installation d’un tel équipement présenterait des dangers importants pour la santé publique. On peut aussi ajouter, à l’adresse de l’écologiste sainte-marien, que l’incinération trouve un fervent partisan à Sainte-Suzanne dans la personne de M. Daniel Alamélou, qui a d’ailleurs tenté de la réintroduire an misouk au Conseil général au mois de juin dernier.

Si M. Bourgeon allait au bout de sa logique, ne devrait-il pas apporter son soutien au candidat du PCR, parti qui fut tout au long de la décennie 2000 à l’avant-garde du combat contre l’incinération des déchets, et demeure fermement opposé à l’importation de ce dispositif dans notre pays ?

Le représentant d’EELV à Sainte-Marie sera-t-il conséquent envers lui-même et envers l’écologie démocratique dont il se réclame ? Ou demeurera-t-il pris dans la force de Coriolis politique qui, à La Réunion, rapproche EELV — organisation clairement à gauche en France — de l’UMP des Robert et consorts ? C’est-à-dire, d’un courant qui, en supprimant tous les projets de développement durable (chemin de fer, géothermie, photovoltaïque), s’affiche comme la droite la plus radicalement anti-écolo de toute la République...

Geoffroy Géraud-Legros


Kanalreunion.com