Di sak na pou di

Un peu de calme

Témoignages.re / 16 avril 2012

Certes, nous sommes en campagne électorale et l’enjeu est important. Mais cela justifie-t-il l’utilisation de tous les moyens ?
Non bien évidemment. Pas plus que l’on ne peut tolérer tous les écarts de langage et les accusations lancées à l’aveuglette.
Je suis très étonnée que Huguette Bello, dans le conflit qui l’oppose au maire de La Possession, ait évoqué la question de l’ordonnance Debré.
Mme Bello est bien placée pour connaître ce qu’a signifié cette ordonnance. Comment les victimes de cette ordonnance scélérate ont vécu cet exil. Eux et leurs familles. Pour comprendre les dégâts causés, et qui se poursuivent sur le long terme.
Alors, pourquoi a-t-elle renvoyé à la figure de Roland Robert cette ordonnance ? Comment comparer une mise en exil pour un délit d’opinion et le retrait de délégation ?
Perdre sa liberté, se retrouver chasser de son propre pays, c’est une blessure profonde. Mais perdre ses délégations, et se retrouver privé de bureau ou de voiture, etc. Est-ce que cela entraine un bouleversement dans la vie ? Sauf à y voir la question des indemnités d’élus et la remise en cause d’un train de vie.
C’est fort regrettable qu’il y ait eu un tel écart de langage de la part de Mme Bello.

Kalidja Patel


Kanalreunion.com