Di sak na pou di

Un super tunnel à Saint-Denis ?

Témoignages.re / 30 septembre 2013

Gilbert Annette avait fait campagne pour les municipales de 2008 en promettant la construction d’un tunnel automobile au nord de Saint-Denis afin d’assurer le débouché de la Nouvelle Route du Littoral. À l’époque, celle-ci n’était qu’un projet en 2 x 2 voies dont le coût était estimé à 930 millions. Cependant, avec le changement de majorité à La Région et l’abandon du Tram Train, tous les financements ont été basculés sur un nouveau projet, une super 2 x 3 voies officiellement estimée à 1, 600 milliards d’euros mais dont le coût final devrait plutôt avoisiner les 2,7 milliards. En 2008, le tunnel nord était, lui, estimé à 300 millions, aujourd’hui, le maire évoque 500 millions d’euros pour un super tunnel lui aussi en 2 X 3 voies.

Force est de constater que le Maire de Saint-Denis partage avec le Président de Région la même vision archaïque d’un développement reposant sur le tout voiture. Il suffit de constater par exemple que le projet municipal de l’Espace Océan prévoit de construire deux fois plus de places de parkings que de logements. La course à la construction d’infrastructures routières lourdes et couteuses renforce toujours l’emprise de l’automobile sur un territoire et se fait toujours au détriment d’une véritable alternative aux transports en commun, donc au détriment des plus modestes.

On sait que la route des Tamarins, achevée en 2009, a mis près de 8.000 véhicules supplémentaires par jour sur la route actuelle du littoral, on peut donc imaginer l’impact d’une nouvelle route pharaonique et d’un super tunnel sur la circulation à Saint-Denis dont les rues sont déjà asphyxiées aux heures de pointe. D’autant plus que la grande majorité des véhicules venant de l’extérieur pénètrent dans la ville, seule une infime minorité la traversant.

En 2008, les Verts de Saint-Denis étaient fermement opposés à la construction d’une voie sous le Barachois car elle aurait aggravé les problèmes de congestion de la circulation, nous rappelions aussi que les coûts d’exploitation d’un tunnel urbain sont tels, notamment à cause des normes de sécurité, qu’il exigerait la mise en place d’un péage. Aujourd’hui, nous ne pouvons que répéter notre opposition à ce nouveau tunnel démesuré à 2 X 3 voies. À l’heure où le GIEC (le Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) confirme ses pronostics les plus pessimistes notamment en matière de montée des océans, il apparait irréaliste de vouloir enterrer sous le niveau de la mer un tel ouvrage.

Le prochain Maire de Saint-Denis devra faire la preuve qu’il a une vision de l’aménagement et d’un urbanisme au service de tous, il devra donc avoir le courage de rompre avec la politique du tout automobile et avoir la volonté de rendre la ville à ses habitants.

Jean-Pierre Marchau

Porte-parole d’EELV pour Saint-Denis


Kanalreunion.com