Di sak na pou di

Une France qui continue à se dégrader

Témoignages.re / 27 septembre 2011

La situation de la France ainsi que celle des Départements d’Outre-mer continuent de se dégrader, et cela, de plus en plus depuis l’année 2002 et, malheureusement, ce sont les plus démunis qui sont touchés de plein fouet.

Actuellement, 50% des jeunes de moins de 25 ans sont sans espoir de trouver du travail à La Réunion. Environ 10 à 15% de nos jeunes diplômés ont du mal à entrer dans la vie active, décrocher son premier contrat de travail devient de plus en plus difficile. Pourtant, les entreprises réunionnaises embauchent régulièrement de la main-d’œuvre extérieure. Notre île a environ un taux de chômage de 38% (soit environ 145.000 personnes), toutes ces personnes sont à la recherche d’un emploi et cela est dû à une politique qui tourne le dos à un développement économique.

Nous avons 86.500 allocataires du RSA, parmi eux, 3.500 à 4.000 sont des licenciés du BTP, le taux de croissance de 1% est au plus bas depuis plus de 8 ans.
10 à 12% de nos séniors de plus de 55 ans licenciés ont des difficultés pour retrouver un emploi, et cela, même après une formation les amenant à changer de métier. Les entreprises réunionnaises embauchent très peu de séniors. Et pour ceux-là, la retraite ne s’annonce pas de tout repos.

La politique mise en place par J. P. Raffarin, sous le gouvernement Chirac en 2002, consistait à ne pas remplacer 16.000 à 21.000 fonctionnaires partis à la retraite. Conséquences, moins de cotisations, donc moins de recettes pour les Caisses de la CGSS.

La Caisse des retraites, et cela, malgré les deux réformes 2003 et 2010, ne peut plus faire face aux dépenses, par manque de moyens financiers. Sarkozy a dilapidé la Caisse de réserve (37 milliards d’euros), mise en place sous le gouvernement Jospin. La Caisse de solidarité nationale n’a pas échappé à la vague de casses mise en place par Sarkozy. Des centaines de médicaments qui ne sont plus remboursées, la suppression de la CMU pour des milliers de familles, avec pour résultats la classe sociale la plus défavorisée qui se retrouve privée de soins, et les "petites retraites" se retrouvent elles aussi prises dans ce tourbillon de malheur.
Une augmentation prévue des cotisations mutualistes de 7 à 8% n’est pas pour arranger cette situation.

La France va devenir un pays où le niveau de vie va prendre un sérieux coup dans les prochaines années.
Toutes les couches sociales seront touchées de plein fouet par la politique mise en place par Sarkozy, entre les niches fiscales, l’abaissement des impôts pour les plus riches, les exonérations de cotisations et de taxes professionnelles, baisse de la TVA dans la restauration, et bien d’autres cadeaux réservés à 10-12% de Français les plus riches.

Après 4 années de présidence, Sarkozy n’a toujours pas réussi à mettre en place une vraie politique économique et sociale pour créer les conditions nécessaires pour ramener de la croissance dans ce pays dévasté, et ce, pour que la France puisse créer à nouveau des emplois et ainsi se développer.

La robotisation des machines et les technologies nouvelles suppriment beaucoup d’emplois (le travail manuel laisse la place aux machines robotisées et autres super calculateurs).

Une vraie politique d’emploi orientée vers de nouveaux débouchés tels que le tourisme, le service d’aide aux personnes âgées, arrêt des suppressions de postes dans le service public, c’est vers cette politique que doit se tourner le gouvernement.

Il faut à la France 1,9 point de croissance pour au moins équilibrer son budget pour être en règle avec l’Union européenne, qui, elle-même, taxe la France de 19 à 20 milliards d’euros par an. Sarkozy et ses amis néolibéralismes sont incapables de mettre en place une vraie politique économique, sociale et culturelle.

La France a une dette de 1.655 milliards d’euros et un déficit chronique de 145 milliards d’euros par an, et le pays continue d’emprunter à un taux d’intérêt de plus de 3%. Avec les 50 milliards prêtés à la Grèce, tout le monde le sait, ces pays ne pourront payer ce déficit, donc la dette de la France sera augmentée à 1.705 milliards d’euros.

Avec une croissance nulle depuis 10 ans, plafonnant à 2%, on pense atteindre 1,75% cette année, c’est ce que prédit le Premier ministre, résultat depuis six mois : 0%.
L’UMP et son président néolibéral ont fait leur temps et ils sont incapables de changer de politique.
S’il n’y a pas une relance de l’activité et un plan d’investissement dans le domaine informatique, une reprise des grands chantiers dans le bâtiment, revoir la politique du logement social, avec au final une vraie augmentation du SMIC entrainant à la hausse toutes les grilles salariales pour relancer la consommation des ménages.

Le baril de pétrole actuellement coûte entre 85 à 87 dollars, après des pics entre 118 à 123 dollars.

La France compte aujourd’hui 2,856 millions de chômeurs, or, au début de la gouvernance Jospin, on en était à 2,600 millions, et avec l’Emploi jeune et la loi sur les 35 heures, le nombre de chômeurs a été ramené 1,400 millions.

Ces mesures ont fait diminuer le nombre de chômeurs, 1,200 millions. A cette période, les comptes de tous les grands organismes publics tels que la CGSS, etc. étaient à l’équilibre. Sous l’ère Chirac-Raffarin, Sarkozy-Fillon, les comptes de ces mêmes organismes publics sont devenus critiques, le nombre de chômeurs augmente de 33 à 36.000 par mois, et ce n’est pas fini avec la casse de la Sécurité sociale, l’augmentation de la mutuelle, des députés UMP préparent de nouvelles réformes fiscales.

Est-ce que c’est normal qu’un contribuable qui touche le SMIC et un autre qui gagne 100 à 150 fois le SMIC soient sous le même seuil, 43 à 45% d’impôts par an ?

Roger Alagama


Kanalreunion.com