Di sak na pou di

Vaines existences !

Témoignages.re / 30 juillet 2013

Dans notre société doit-on prioriser un secteur, une catégorie, une population ?

Les transporteurs et camionneurs, les très petites entreprises se retrouvent avec une dette de charges sociales et salariales de 1,2 milliard d’impayés. Ils veulent bénéficier d’exonérations… Ils montent des associations subventionnées par la région à 54 000 euros.

Quand un citoyen pauvre ne peut pas payer ses impôts, environ 600 euros d’impayés, il voit son compte postal bloqué, et les frais sont à sa charge. Lui aussi devra demander des exonérations…

Les bailleurs des logements sociaux se retrouvent avec une dette de 10 millions d’euros de loyers impayés. Les locataires doivent demander des exonérations et monter des associations et déposer des demandes de subvention à la Région…

L’Etat prévoit 840 millions d’euros en moins pour le budget des communes et c’est encore les habitants qui vont passer à la caisse…

En Syrie, le nombre des 100.000 morts dépassés et l’ONU ne bouge pas le petit doigt…

En Tunisie, 1 opposant nationaliste est assassiné et le peuple est dans la rue pour des manifestations qui occasionnent plus de 70 morts…

Un accident de train tue 78 personnes en Espagne et l’Europe est en émois…

A La Réunion la vie d’un homme est en danger pour essayer d’améliorer celle de plus de 350.000 autres et aucune réaction de l’Etat…

Quel que soit l’endroit où l’on est la vie n’a pas la même valeur. Accident, meurtre, grève de la faim, guerre même fin mais pas même utilité ! A chaque mal, ses remèdes…

H. Marie-Louise (BPI)


Kanalreunion.com