Di sak na pou di

Vers un Nouveau Conseil National de la Résistance ?

Courrier des lecteurs de Témoignages / 28 avril 2015

Comme dans de nombreux départements en France, un Comité départemental de la Résistance a été créé à La Réunion le 25 février 2015.
Pourquoi ?
Parce que, face à la pauvreté, l’exclusion et au chômage qui frappent des millions de personnes en Europe, tout comme Podémos en Espagne et Syriza en Grèce, il est urgent de rassembler massivement les citoyens au-delà des clivages politiciens (de plus en plus confus), pour renverser le rapport de force en faveur des intérêts des classes populaires et moyennes. À vous de juger :

Selon les statistiques d’Eurostats, 123 millions d’Européens sont menacés de pauvreté ou d’exclusion. Soit ¼ de la population. Le pourcentage est encore plus angoissant chez les jeunes et c’est pire à La Réunion… L’exclusion est de 48 % en Roumanie, 28 % en Italie, 18 % en France et, surprenant : 20 % en Allemagne… Dans le même temps la richesse produite par le travail augmente, et chacune de leurs “réformes” ne cesse d’enrichir les plus riches et autres rentiers, sans effets significatifs sur l’emploi, les investissements, les salaires…

Selon les définitions d’Eurostats, ces millions de personnes sont menacées par trois formes d’exclusion : – « risque de pauvreté accrue. » – « privation matérielle sérieuse » (nourriture, logement, éducation, santé, retraite, etc.) – « vivre à faible intensité de travail…". Ont – ils conscience que derrière ces mots, il s’agit d’êtres humains ?

Cette situation est terrifiante, dont on imagine la force, si elle dérivait vers l’extrême droite ou pire vers le fascisme. De plus en plus de citoyens sont convaincus que ce désastre social est le résultat des politiques imposées par les officines de la révolution conservatrice : Banque Mondiale, Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Sans oublier les bureaucraties de l’Union Européenne : Banque Centrale et Commission Européenne qui forment avec le FMI (Fonds Monétaire International) la fameuse Troïka, qui impose le dumping social, la dérégulation des échanges et les politiques d’austérité… par l’application de traités rejetés par notre peuple en 2005.

Les Comités de Résistance Départementaux ont pour but, en liaison avec le Nouveau Conseil National de la Résistance, de faire participer un maximum de citoyens à l’élaboration d’un nouveau programme de gouvernement de la résistance, prenant en compte les spécificités des Outre-Mer, pour détricoter leurs réformes à remonter le temps :

– En finir à très court terme avec l’exclusion et le chômage, en appliquant le droit opposable à l’emploi. Les moyens financiers existent. (…)
– Mieux répartir la richesse produite par le travail. (…)
– Générer un internationalisme fondé sur le co-développement entre États souverains (…)
– Affronter les problématiques concernant les moyens de notre politique, qui doivent être éclairées et approfondies ; par exemple :
– Comment exercer un contrôle démocratique sur les pôles décisifs de notre économie ?
– Comment nous faire entendre ? Exiger un service public d’information réellement pluraliste et impartial, piloté par des journalistes, des économistes indépendants et divers ; et non pas laisser les moyens d’information de masse aux mains de courtisans recrutés par les nouvelles féodalités financières, et autres oligarques… comme actuellement.

Les Comités de Résistance doivent permettre aux forces de progrès de retrouver leurs fondamentaux : – « L’Union », (mais avec un contenu qui améliore les conditions de vie, de travail, et éradique l’exclusion…). Sans oublier que nos luttes s’inscrivent dans un rapport de force dominant/ dominé. En finir avec la dispersion, le chacun pour soi… Notre histoire le montre, seules les grandes mobilisations de masse, les grèves solidaires et unitaires sont à l’origine de toutes les avancées sociales : 1936, 1945, 1968… Personne n’a demandé à ceux qui luttaient comment ils avaient voté avant de se mobiliser… D’autres victoires viendront, ce n’est pas la fin de l’histoire…
La prochaine réunion du Comité de Résistance 974 travaillera sur la situation des classes populaires à La Réunion et les conditions du plein emploi. A débattre : quelles solutions à court et à moyen terme ?

Comité de Résistance 974


Kanalreunion.com