Di sak na pou di

Violences faites aux femmes et stéréotypes racistes : “Le Quotidien” responsable

Témoignages.re / 9 mars 2010

En écrivant que « les Réunionnais ont un besoin de domination plus important », “Le Quotidien” du 5 mars 2010 (page 10) m’attribue des propos que je n’ai jamais tenus. Je remercie l’UFR d’avoir réagi aussi promptement à ces propos graves qui stigmatisent les hommes réunionnais.
Je partage le point de vue de l’UFR : la presse contribue à véhiculer une image extrêmement dévalorisante des hommes réunionnais et elle enferme les femmes réunionnaises dans un statut de victimes inéluctables.
Comme je l’ai montré dans le livre que j’ai publié avec Isabelle Widmer (“Les violences envers les femmes à l’île de la Réunion”, Publications de l’Université de Provence, 2009), les violences envers les femmes traversent toutes les sociétés, toutes les classes sociales, toutes les « cultures » et ne sont pas spécifiquement plus marquées à La Réunion. Cela ne signifie pas que tous les hommes sont des bourreaux. Mais que les hommes et les femmes continuent à être assignés à des rôles et places inégalitaires. Et la presse est en partie responsable du maintien de ces inégalités en véhiculant ces stéréotypes sexistes et racistes.

Dolorès Pourette


Kanalreunion.com