Di sak na pou di

Voeux du Sgen CFDT pour la formation des enseignants : un prompt rétablissement !

Témoignages.re / 27 janvier 2011

Lors de ses voeux au monde de la connaissance et de la culture, le président de la République a reconnu qu’il fallait améliorer la formation des enseignants et remettre en, chantier des « éléments » de la réforme qui s’applique depuis cette rentrée.

Le Sgen CFDT se réjouit de cet aveu, et rappelle qu’il a, dès le début des discussions sur la « masterisation », rappelé son intérêt à la fois pour la poursuite de l’intégration des IUFM à l’université et pour la reconnaissance du niveau master au terme d’une formation des enseignants à Bac+. Mais il a tout aussi clairement affirmé son opposition à toute réforme qui réduirait la dimension professionnelle de cette formation au lieu de la consolider. C’est la raison pour laquelle, en juillet 2009, le Sgen CFDT a voté contre les décrets dont l’adoption a obtenu l’accord ou le silence bienveillant de ceux qui voulaient au contraire profiter de la réforme pour réduire cette dimension professionnelle.
Dans le cadre qui nous était imposé la seule façon de rendre possible la mise en place de masters, prenant vraiment en compte la préparation progressive au métier, était de placer, comme nous le demandions, les épreuves d’admissibilité des concours en fin de M1, et de consacrer l’essentiel de l’année de M2 à la préparation d’épreuves d’admission à forte dimension pédagogique
Les décrets et le maintien d’épreuves de concours très disciplinaires ont délibérément empêché ce choix.

Pour le Sgen CFDT, « améliorer » la formation des enseignants suppose que deux conditions au moins soient réunies au plus vite : l’abrogation des décrets de juillet 2009, et le rétablissement d’une véritable année de formation en alternance des fonctionnaires stagiaires après leur réussite au concours.

Dans l’immédiat, les imperfections de la situation actuelle étant constatées même au plus haut niveau de l’État, il serait inconcevable pour le Sgen CFDT que des licenciements de stagiaires pour insuffisance professionnelle soient prononcés à l’issue de cette année. En application de la volonté du président, le ministre doit annoncer le plus vite possible que dans tous les cas où la titularisation posera problème, les stagiaires se verront proposer une année de prolongation de stage et un accompagnement renforcé.

Maryvonne Quentel
La secrétaire générale adjointe


Kanalreunion.com