Di sak na pou di

Vrai de vrai

Témoignages.re / 26 avril 2012

Il nous a habitués à beaucoup d’outrances verbales, Monsieur Sarkozy, il nous a habitués à beaucoup de slogans aussi affligeants que démagogiques, mais là, peut-être poussé par un stress post premier tour, il fait fort en parlant du « vrai travail ». Fallait oser le dire ! Qu’est-ce que le vrai travail ? Monsieur Guéant, le maître à penser de Monsieur Sarkozy, a précisé sur France-Inter que le 1er Mai n’était pas réservé à la gauche et que les défilés traditionnels n’étaient composés que de dirigeants syndicalistes !

Eh oui, les milliers de travailleurs qui ont défilé des centaines de premier Mai sont tous des responsables de syndicats et ne sont pas de "vrais" travailleurs. Intéressant et stupéfiant ! Certes, lors de ce jour chômé, on ne voyait pas trop les patrons du CAC 40, les représentants des grosses fortunes, les propriétaires de yachts et de luxueuses villas, au coude à coude avec les ouvriers, les fonctionnaires, la classe moyenne, les chômeurs qui manifestaient pour réclamer de meilleures conditions de travail.

Cette année, grâce à Monsieur Sarkozy, les "vrais" défenseurs de la cause ouvrière vont aller dans la rue à l’injonction de leur leader incontesté, pour montrer à la France entière ce qu’est une "vraie" manif de "vrais" représentants du "vrai" travail. Enfin !

Vous, qui avez défilé aux côtés d’amis, de camarades, de collègues, de gens qui bossent dur, qui paient des impôts, qui veulent que leur travail soit rémunéré de façon convenable, que leurs droits soient respectés, que le chômage disparaisse… vous ne méritez pas le nom de "vrais" travailleurs, vous êtes des imposteurs, et Monsieur Sarkozy qui découvre le 23 mai 2012 que le 1er Mai est la fête du Travail va remettre les pendules à l’heure.

Et puisqu’il faut démêler le vrai du faux, qui sont les "vrais" Français ? Ceux qui planquent leur argent en Suisse, en Belgique ou autres paradis fiscaux ?

600 milliards d’euros d’évasion fiscale par an. Par exemple, la banque suisse UBS organise de façon méthodique les transferts d’argent depuis la France et les très riches peuvent échapper à l’impôt français en toute légalité. Il leur suffit de partir s’établir en Suisse, d’acheter une modeste demeure de plusieurs millions au bord du lac et de couler des jours heureux loin des soucis financiers de la masse. Qui sont les "vrais" patriotes ? Ceux qui déclarent ce qu’ils gagnent, qui remplissent scrupuleusement leurs déclarations d’impôts et qui participent ainsi au développement de leur pays en se privant d’une partie de leurs revenus pour le bien public ?

Qui sont les "vrais" démocrates ? Ceux qui expulsent les Roms et les émigrés, qui attisent la haine en soulignant en permanence les différences qui existent dans une France multiculturelle, ceux qui agitent le spectre de l’insécurité à chaque moment, ceux qui ferment des usines en mettant à la rue des ouvriers et leurs familles, ceux qui ignorent la précarité des jeunes, des femmes et des personnes âgées, la grande détresse des sans-abris, des sans logements décents...

La liste de telles questions est longue, mais pour finir, ce qui semble être essentiel : que voulons-nous à partir du 7 mai 2012 : un chef de clan qui divise ou un "vrai" Président qui rassemble et permet à des millions de citoyens de toute couleur, de toute religion, de tout idéal de participer ensemble à la reconstruction de ce pays qu’ils aiment, la France ? La réponse est "vrai"ment claire...

 Marie-Hélène Berne 


Kanalreunion.com