Di sak na pou di

Zone d’expansion des crues Ermitage-Saline les Bains… et protection contre les inondations

Courrier des lecteurs de Témoignages / 21 janvier 2015

La population de Saint-Paul, en particulier les habitants de la saline et de l’Ermitage ont encore une mémoire précise des inondations et dégâts subis lors des cyclones Hyacinthe (1980/records mondiaux de pluviométrie sur 11 jours à la Réunion), Firinga (1989), Dina (2002) et autres…la population ayant ce vécu sait que pour ces situations extrêmes qui sont bien connues, mais que notamment la spéculation foncière tente de nous faire oublier, il y a nécessité de préserver les écoulements des ravines à la mer, ainsi que les zones d’expansion des crues pour éviter les dégâts prévisibles. Est-ce le cas des populations arrivées plus récemment ?

Pour lutter contre les inondations et protéger les personnes et les biens, tant au niveau européen que national, les directives rappellent qu’avant même des travaux d’endiguement parfois nécessaires, la première priorité est de préserver, aménager, restaurer les champs d’expansion des crues des ravines qui sont des zones tampon, de rétention et d’infiltration des eaux. Est-ce bien ce que nous faisons ?

Un des champs d’expansion des crues des ravines de l’Ermitage-Saline les bains, la grande zone située entre le chemin Bruniquel et la Marie annexe de la Saline les Bains est une zone classée rouge dès le 1er Plan de Prévision des risques (PPRI 1997), puis au PPRI 2011, et donc inconstructible. Bien que « classée rouge au PPRI », le Plan Local d’urbanisme (PLU 2012) a choisi de classer cette zone en Nto, où sont offertes des possibilités d’occuper le foncier et de construire. Les services de l’Etat ont laissé faire… Outre le projet de délocalisation d’Oasis lagon contesté à juste titre depuis plusieurs années, d’autres projets sont actuellement présentés sur cette zone fragile, notamment l’installation de bassin de surf artificiel, de bassin de ski nautique artificiel, auxquels pourraient s’ajouter les infrastructures complémentaires qui leur sont nécessaires. Demain quels autres projets pourraient nous être présentés et acceptés ? Nous avons exposé cette problématique aux élus de Saint-Paul en charge de ces dossiers avant, pendant et après l’enquête publique du PLU 2012… Nous avons présenté ces éléments, dès juillet 2014, aux nouveaux élus en charge de ces dossiers. Nous avons fait observer à nos différents interlocuteurs que ces différents projets qui sont actuellement proposés dans la zone fragile et inondable de la Saline les Bains et si nécessaire pour lutter contre les inondations, pourraient judicieusement s’implanter dans de nouveaux pôle d’activités touristiques à créer sur, par exemple, la zone allant du Cap la Houssaye à Cambaie…

Dans l’enquête publique du PLU 2012, à la page 3/6 du document que nous avons déposé, ACTION OUEST a écrit : « dans le PPRI approuvé en décembre 2011 l’annexe 1 « extraits de l’étude de protection contre les inondations à l’Ermitage et à la Saline », aux pages 19 et 21 du rapport, sont citées et étudiées les ravines Joyeuse, Ermitage Nord, Ermitage, Ermitage Sud, Usine, Saline Nord, saline, Saline Sud, Dodo, trou d’eau, commune, Coralines, Bellevue, Tabac. Face à ses ravines listées par l’Etat, dans son PPR approuvé (déc.2011), l’ensemble des zones de planèze en amont de la Route Nationale 1, de Saint-gilles à la Saline les Bains, sont des zones tampon, des zones de rétention et d’infiltration d’eau notamment en période de pluies cycloniques. Pour protéger les personnes et les biens sur ce secteur, en particulier diminuer le risque d’inondation, ces champs d’expansion des crues ont-ils été préservés ? Ont-ils été restaurés ? ont-ils été aménagés ? Sont ils classés réellement en zone inconstructible ? Nous observons… des zones importantes classées rouge au PPRI 2011, pourtant champ d’expansion des crues, devenir constructible : une zone AU2h (face à l’œil de bœuf, le long de la voie cannière, face au jardin d’Eden), une zone AU2c (extension de la station d’épuration), une zone Nto (entre le chemin Bruniquel et la Mairie annexe de la saline). Pourquoi ouvrir immédiatement sur ces zones des possibilités d’occupation, d’aménagement, de construction, avant même que la Mairie n’ait finalisé ses études concernant un projet de PAPI (travaux de protection) sur la zone qu’elle vient à peine de lancer ? Pense-t-on, dés à présent, que cette étude PAPI pourrait méconnaitre l’importance de ces champs d’expansion des crues à préserver, aménager, voir à restaurer ? Permettre aux crues, comme nous en connaissons régulièrement, de pouvoir s’étaler, sur des zones de rétention, de ralentir les vitesses d’écoulement, peut avoir un impact sur le risque et l’aléa d’inondation et souvent sur le classement constructible ou non des zones voisines… ». Face à ces questions posées, nous n’avons obtenu aucune réponse des commissaires enquêteurs, ce qui nous interpelle sur l’utilité et la légalité de certaines enquêtes publiques. Nous avons interpellé et tiré la sonnette d’alarme dans les courriers adressés au Maire de St Paul (11/07/2012)et au Préfet (12/07/2012) qui contenaient toutes ces questions posées à l’enquête publique. Dans un courrier des lecteurs (oct.2013) « préserver, restaurer les champs d’expansion des crues », nous avons expliqué cette situation et rappelé que « d’autres voies sont possibles pour les champs d’expansion des crues : création de parcours de santé, aménagement de zone de jeux ou d’activité, reboisement,… Après ce qu’a connu la population lors des différents évènements cycloniques, nous voyons aujourd’hui, d’un côté (amont de l’ex-RN1) en plusieurs endroits, se réduire dangereusement les champs d’expansion de crues qui ont pour fonction de réduire l’impact sur les zones urbanisées, alors que de l’autre côté (ex-RN1 à la mer) où sont situés de nombreux lotissements, le PLU 2012 exige que les clôtures sur voies « devront être composée d’une grille… de dispositif à claire voie, posée sur un mur bahut d’une hauteur comprise entre 0,30 et 0,90m… ». C’est d’abord dans les champs d’expansion de crues que les eaux doivent s’étaler avant de venir sur les zones urbanisées et non l’inverse ! Il faut donc préserver, restaurer, aménager ces zones tampon conformément à la loi. Nous demandons simplement d’appliquer la loi qui exige « d’afficher les risques connus et de prendre les mesures de protection et de sauvegarde » des populations. Nous demandons que l’ont rectifie et corrige les erreurs commises qui occasionnent des risques supplémentaires et des préjudices aux habitants de la zone en particulier ceux de l’Ermitage.

Eric GENCE
Président d’ACTION OUEST



Un message, un commentaire ?



Messages






  • bonjour
    voila j’habite l’ermitage et mon terrain est considéré en zone rouge r1.
    j’ ai fait une expertise par un géometre avec les différentes hauteurs du terrain.
    le problème c’est que je n’arrive pas à savoir exactement quelle est la hauteur exacte qui fait passer un terrain de la zone bleu à la zone rouge sur l’ermitage !
    ni le géometre ni les services de la mairie n’ont su me donner une cote.
    peut etre que vous pourriez me renseigner ?
    je vous en remercie d’avance

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com