L’invité(e)

Des lois pour protéger les lieux de mémoires

Aline Murin Hoarau, conseillère régionale et membre de l’association Miaro

Témoignages.re / 25 août 2010

Suite à la profanation commise sur un cimetière à Saint-Phillippe, un courrier de l’association Miaro, Sauvegarde et valorisation de patrimoine réunionnais, avait été publié dans nos colonnes. Aline Murin Hoarau, nous précise son avis face à cet acte impardonnable.

Que peut-on faire à votre avis pour préserver ces lieux de mémoires et quelle doit être la politique patrimoniale préconisée ?


- Qu’à l’instigation de l’état ou des collectivités locales soit rapidement mise sur pied une structure chargée d’inventorier de façon exhaustive les sites qui relèvent du patrimoine culturel et historique de la Réunion.

- Que soient mis en valeur les sites répertoriés, avec une signalétique adaptée : stèles, panneaux explicatifs, campagnes d’information et de sensibilisation du grand public

- Que soient appliquées les lois qui protègent ces lieux de mémoire, notamment l’autorisation préalable pour tout chantier dans un secteur sensible, et la cessation de tout chantier en cas de découverte significative. Rien ne doit être laissé à la diligence des responsables politiques, pas plus qu’à celle des promoteurs immobiliers ou des entrepreneurs.

- Que soit décentralisé à la Réunion un service régional d’archéologie (même si l’on admet que l’île de la Réunion n’a que 350 ans de présence humaine, cela se justifie amplement, compte tenu des conditions dans lesquelles ont été enfouis, au propre comme au figuré, certains éléments déterminants de notre passé).

- continuer à valoriser nos idées avance dans la MCUR ? Des idées de richesse, de diversité, tout en rendant hommage et respect à nos ancêtres


Kanalreunion.com