L’invité(e)

Firose Gador : une femme de terrain et de dossiers

Le Port canton 1

Jean Fabrice Nativel / 9 mars 2011

En pleine période de préparation à des examens et des Cantonales, Firose Gador, suppléante de Pierre Vergès dans le canton 1 du Port, met pour un instant cahiers, livres, stylos, tracts et porte-voix de côté pour un entretien.

Hier, on a célébré la Journée internationale des droits des femmes, aviez-vous un message à porter à cette occasion ?

- Cette journée a été instituée en 1910 par Clara Zetkin, Allemande et communiste. S’en suivent de nettes avancées sur la condition féminine : droit de vote, disposer de son corps (d’être ou ne pas être mère grâce à la loi sur l’interruption volontaire de grossesse “IVG”), d’exercer des métiers réservés jusque-là aux hommes (chauffeur de bus, employée sur les chantiers du bâtiment et des travaux publics…), etc.
Cependant, il reste du chemin à parcourir. Dans la sphère du travail, il serait temps de bannir toutes formes de disparités : à travail égal salaire égal, davantage de femmes à des postes de responsabilité, etc. D’où l’importance de se mobiliser pour peser sur les décisions et de s’affirmer tous les jours dans la vie associative, politique, professionnelle, de quartier, sportive, etc.

Mes parents ont toujours milité

Racontez-nous vos premiers pas en politique…

- Oulala ! Mes premiers pas en politique !? Mes parents ont toujours milité à la Section communiste du Port. Dans cette ambiance, je baigne depuis mon enfance : réunions de quartier, Fêtes de “Témoignages”… En fait, je me suis imprégnée de cet engagement militant. À l’âge de voter, j’assiste aux réunions de section — une chose entraînant l’autre, j’y adhère — et je tiens les bureaux de vote.
Je suis admirative de ce que les anciens du Parti ont fait pour que notre pays connaisse un véritable développement à l’exemple de la départementalisation, la bataille pour l’égalité sociale, le développement du Port, etc. À ce propos, cette année, nous célébrons les 40 ans de la municipalité démocratique gagnée par l’équipe de Paul Vergès en mars 1971.

… et qu’est-ce qui les guide ?

- Je me retrouve dans les valeurs du Parti communiste réunionnais qui sont celles de l’entraide, de la solidarité, du combat pour la défense des droits des Réunionnaises et des Réunionnais et le développement de notre pays avec la mise en route d’initiatives vouées au développement durable notamment (la population acteur de son développement, l’éolien, les panneaux et les chauffe-eau solaires…). J’éprouve de l’admiration et du respect pour ces personnes qui montent au créneau pour un idéal : celui d’une vie décente pour chacun d’entre nous.

Continuer le travail commencé

À la Mairie du Port, quel est votre rôle ?

- Je suis la 2ème adjointe au maire du Port, Jean-Yves Langenier, déléguée à la Vie socioculturelle sur les quartiers et à la Politique de la Jeunesse, et puis je suis l’élue référente sur le projet de rénovation urbaine des quartiers Lépervanche et Raymond Vergès, autrement dit la ZAC 1. Ces responsabilités s’inscrivent dans un travail d’équipe.

Quels seraient les projets prioritaires pour ce canton ?

- Sur le canton 1, on va œuvrer dans la continuité de ce qui a été entrepris par l’équipe sortante au Conseil général, à savoir l’amélioration de l’habitat, favoriser la politique d’insertion, réaliser un Établissement hospitalier pour les personnes âgées dépendantes (EHPAD) — ce dossier a été obtenu par Jean-Yves Langenier, conseiller général actuel — au vu de la demande d’accompagnement des personnes âgées sur la Ville du Port et de la problématique du vieillissement de la population. La prévention générale et spécialisée en direction des jeunes est un volet auquel je serai vigilante. Mais ces actions se concrétiseront à condition que l’État mette les moyens pour l’épanouissement de la population.

« Échanger » avec la population

La campagne des Cantonales a débuté officiellement lundi, comment l’abordez-vous ?

- De manière sereine et en même temps active, car une élection se gagne sur le terrain. Il est important de rencontrer la population et d’échanger avec elle sur les points de notre programme et de la portée de cette échéance. Elle est tant locale que nationale si bien qu’elle préfigure le changement pour 2012. Cette campagne, c’est avant tout l’implication des militants de la Section, que je salue, ainsi que des habitants du Port. D’ailleurs, notre première réunion publique de lundi a été un succès. De nombreux camarades, militants, sympathisants sont venus nous soutenir.

Outre la politique, quelles sont vos occupations ?

- Actuellement, une de mes occupations est de terminer ma formation d’assistante sociale. Les examens sont pour bientôt et je concilie au mieux ma vie d’étudiante, d’élue et de suppléante. Sinon, j’aime les voyages, la lecture, ce sont des sources d’enrichissement, de connaissances (des êtres, des cultures, etc.). Et pourquoi pas animer une émission de radio dans l’avenir ! C’est un domaine que je souhaite expérimenter.

Avec la Mairie du Port, l’élue Firose Gador a pris un engagement de tous les jours, celui de servir la population. Cette élection de conseiller général est un challenge de plus pour cette femme de 33 ans.

 Jean-Fabrice Nativel 


Kanalreunion.com