L’invité(e)

“La citoyenneté ne s’arrête pas aux portes des prisons”

Salomée Roy, présidente de l’Association nationale des visiteurs de prison Section Réunion et du Groupe local de concertation Prison

Cinthia Fontaine / 20 novembre 2009

Dans le cadre des 16èmes journées nationales Prison, du 23 au 29 novembre 2009, le groupe locale de concertation Prison organise des conférences sur le thème national "La citoyenneté ne s’arrête pas aux portes des prisons".

D’où vient l’initiative de créer un Groupe local de concertation Prison ?

- Le Groupe local de concertation Prison vient d’être créé à La Réunion à l’occasion de ces 16èmes journées nationales Prison. Il réunit les partenaires de l’accompagnement et de l’insertion des prisonniers : ANVP (Association nationale des visiteurs de prison), les Aumôneries catholiques et protestantes, le Secours catholique Réunion, l’Uframa (Apa), l’association Prends un assoir et le Courrier de Bovet. Nous avons pour but de mettre nos valeurs et nos expériences en commun. Nous participons ensemble à un travail d’intérêt général. Nous œuvrons pour la réinsertion des personnes détenues dans la société et la lutte contre la récidive.

Quelles sont les actions mises en place pour ses 16èmes Journées nationales Prison ?

- Il y aura à faire tout au long de la semaine. Le lundi 23 à 18h à la salle Jean Bosco, il y aura une table ronde autour de la citoyenneté des détenus animée par l’aumônier protestant des prisons, qui sera accompagné par les acteurs de la justice et de la vie pénitentiaire.
Le jeudi 26 à 18h30 aura lieu une conférence-débat sur la loi pénitentiaire présidée par le directeur du centre pénitencier de Domenjod à la salle polyvalente de Saint-Denis. Ces manifestations sont gratuites et ouvertes à tous.
Mercredi 25 novembre, un concert sera donné pour les détenus de la prison de Domenjod.

Le thème de ces journées est "La citoyenneté ne s’arrête pas aux portes des prisons", pourquoi ce choix ?

- Ces journées nationales traitent cette année de l’exercice de la citoyenneté à l’intérieur des prisons. C’est-à-dire, a-t-on le droit de voter en prison ? Comment peut-on exercer son rôle de parent ? Comment cherche-t-on du travail lorsqu’on est incarcéré ? Les prestations sociales passent-elles les murs de la prison ? Lors de ces journées, la citoyenneté est entendue dans son sens le plus large, être citoyen est un droit acquis par notre naissance au sein de la société française. Etre citoyen entraine aussi des devoirs. Comment peut-on exercer ses devoirs à l’intérieur des murs comme à l’extérieur ? Comment faire pour que les personnes incarcérées restent actrices de leur citoyenneté ? Comment faire pour que le temps de la peine de prison soit un temps utile et non un temps mort ? Ces journées visent principalement à sensibiliser nos concitoyens sur les questions liées à la prison.

Quelles sont les actions mises en place au cours de l’année ?

- Au niveau de l’Association nationale des visiteurs de prison Section Réunion dont je fais partie et dont je peux mieux parler, nous aidons les détenus et leurs familles. Il est important d’aller à la rencontre de tous, ceux qui sont seuls et même ceux qui ont des familles. Ils ont besoin d’être soutenus, d’être aidés moralement et parfois financièrement. Nous aidons aussi ces personnes détenues à réussir leur insertion sociale après la sortie du milieu carcéral. Le fonctionnement de l’association est fondé sur le bénévolat et la laïcité, donc sans aucun prosélytisme. Nous veillons à la confidentialité des entretiens, nous ne jugeons, ni ne cherchons à savoir le motif de l’incarcération. Nous sommes là pour accompagner selon la demande de la personne incarcérée. La section Réunion est toute récente car elle a été créée en janvier 2009.

Propos recueillis par CF


Kanalreunion.com