L’invité(e)

La liste de l’Alliance : un rassemblement de compétences

Marie-Pierre Hoarau, principale adjointe de collège et candidate de l’Alliance

Témoignages.re / 25 février 2010

Depuis 2004, Marie-Pierre Hoarau œuvre avec l’Alliance au Conseil régional au sein de la commission Développement durable… Rencontre avec cette enseignante devenue principale adjointe de collège entre temps.

Pouvez- vous en quelques mots décrire votre parcours ?

- J’ai été enseignante pendant plus de 20 ans de la maternelle au collège dont 15 ans comme professeur spécialisé pour des élèves sourds et malentendants en intégration scolaire. Depuis 2 ans, après avoir passé le concours de personnels de Direction, j’occupe un poste de principale adjointe dans un collège de la micro région Est.
En 2004, j’ai rejoint Paul Vergès et l’équipe de l’Alliance. Pendant 6 ans, j’ai œuvré au sein de la commission du Développement durable et de ses domaines de compétences (aménagement du territoire, routes, déplacements, environnement, énergie, TICE…) J’ai travaillé au côté de Philippe Berne sur la création du Parc National de La Réunion. Au nom du la collectivité, j’ai porté le projet de la candidature de La Réunion au patrimoine mondial de l’UNESCO. J’ai été une élue référente du SAR (Schéma d’aménagement régional). Je dois reconnaître que je me suis intéressée à tout et me suis beaucoup investie car pour moi, tous ces domaines sont très liés et apportent de la cohérence au projet de développement, porté depuis 1998 par le Conseil régional, présidé par Paul Vergès.

Quelles sont les raisons qui vous ont amené à vous intéresser à votre domaine de compétence ?


- Le projet de Développement durable défendu par Paul Vergès m’a séduit dès le début, m’a motivé et il est le moteur de mon engagement. Faire de La Réunion une île autonome sur le plan de l’énergie en 2025 au niveau électrique et en 2030 sur le plan des transports, est un objectif que je partage totalement et pour lequel, je m’investis pleinement. La question énergétique est une question centrale dans une île qui connaît une démographie croissante, qui subit la mondialisation et qui risque fortement d’être fragilisée par les dérèglements climatiques. Il y a donc la nécessité de prendre cette problématique avec sérieux et dans le même temps, de la relier aux préoccupations environnementales, économiques et sociales. Et sur ce point, le travail partenarial au sein du Comité de maîtrise de l’énergie porte ses fruits puisque cette année, le 100. 000ème chauffe eau solaire a été installé et que sur ce plan, nous nous sommes engagés à accompagner par un fond de garantie, les foyers les plus démunis à acquérir un chauffe eau solaire. D’autre part, les actions de maîtrise de l’énergie sont très encourageantes puisque la croissance de la demande en énergie est en baisse constante et n’a pas augmenté cette année. Elle se situe à 3,9% alors qu’en 2003, cette croissance se chiffrait à plus de 7%. Concernant la production d’électricité propre par les énergies renouvelables, aujourd’hui, chacun peut constater que les toitures des entreprises, des parkings, des grandes surfaces commerciales se couvrent de panneaux solaires photovoltaïques, des éoliennes se dressent fièrement dans nos champs de cannes et d’autres projets ont « le vent en poupe ». Quant à l’utilisation de la mer, ce n’est plus qu’une question de mois, les projets sont prêts...

Comment pensez-vous contribuer à la réussite du projet réunionnais de développement durable ?


- Cette quête d’une île autonome sur le plan de l’énergie s’inscrit, non pas à l’échelle d’un ou deux mandats électoraux mais sur plusieurs décennies. La question énergétique est centrale si nous voulons assurer un développement durable de notre île. Dans ce domaine, nous devons unir nos idées, nos convictions, nos compétences pour les générations futures. Et, c’est dans cet état d’esprit, que j’aborderai cette nouvelle mandature et que je poursuivrai mon action, avec plus de force encore, car les rendez vous qui nous attendent (remise en cause de l’octroi de mer, le règlement sucrier, les Accords de partenariats économiques, les négociations des programmes européens et du contrat de plan Etat-Région) nécessitent que nous ayons une vision claire de ce que nous voulons pour La Réunion et pour les réunionnais. Et je sais ce que je veux pour mon pays. Avec l’équipe de l’Alliance et à sa tête Paul Vergès, les difficultés ne sont pas occultées mais les perspectives d’avenir sont claires. La voie est tracée, à nous de nous y engager !


Kanalreunion.com