L’invité(e)

« Les agriculteurs gardent espoir et continuent de lutter pour leurs retraites »

Jean-Yves Minatchy, président de la CGPER

Céline Tabou / 24 août 2010

Le président de la CGPER interpelle les élus locaux et nationaux sur la situation alarmante des retraités agricoles de La Réunion.

Les retraités réunionnais sont les plus touchés par la pauvreté, qu’elle est la situation des retraités agricoles ?


- Il y a 15.000 retraités agricoles à la Réunion, dont 75% vivent sous le seuil de pauvreté, ils touchent en moyenne 365 euros par mois. Certains vivent même avec moins de 300 euros par mois. La situation devient critique. Depuis 2002, nous portons notre dossier auprès des responsables politiques Réunionnais et Français, afin de les interpeller sur la situation des retraités du secteur agricole. Du premier ministre Lionel Jospin, en 2002, aux ministres Brigitte Girardin, Jean-Jack Queyranne, Yves Jégo, Dominique Bussereau ainsi que la ministre de l’Outre-mer, Marie-Luce Penchard. Le 23 juin dernier, nous avons rencontré le ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire, qui s’est dit sensible à notre dossier.

Qu’attendez-vous aujourd’hui des responsables politiques ?


- Nous voulons que dans le calcul des retraites les spécificités réunionnaises soient prises en compte, et que le versement des retraites ne dépende pas du nombre d’hectares exploités et des heures de travail. Il faut savoir que bon nombre de terres agricoles ne sont pas mécanisées, que les exploitants ont commencé à travailler depuis leur jeune âge. Certains continuent encore, à 75 ans, de travailler la terre, pour avoir droit à une retraite à la limite du convenable. De plus, le climat tempéré (26/27°) tout au long de l’année, les terrains accidentés font partie de la pénibilité, qu’il ne faut pas oublier. Tout comme l’espérance de vie, qui n’est pas la même qu’en France, il y a un écart de 4 ans et 9 mois pour un homme, et 3 ans et 6 mois pour une femme. Tous ces facteurs sont à prendre en compte dans le calcul des cotisations. C’est pour cela que nous demandons le versement de 870 euros par mois à chaque retraité agricole, ainsi qu’une prime de 300 euros en fin d’année.

Comptez-vous participer à la grande manifestation pour la défense des retraites, le 7 septembre ?


- Nous allons voir comment nous allons nous organiser pour cette manifestation. Nous souhaitons également la valorisation des retraites avec l’utilisation de 50% des taxes sur la cession de terrains nus prévue par le Code des impôts, ce qui va permettre de dégager près de 4.000 hectares de terrains agricoles pour les jeunes.

Propos recueillis par Céline Tabou


Kanalreunion.com