L’invité(e)

« Nous mettons le doigt sur une grande problématique planétaire »

Alain Séraphine, PDG de SEM GEM’Port des Mascareignes

Manuel Marchal / 28 juillet 2009

Le dirigeant de la SEM GEM’Port des Mascareignes, qui organise chaque année Flore et Halle, met en avant la dimension développement durable de plus en plus importante que prend chaque année cette manifestation.

Alain Séraphine, c’est la 14ème édition de Flore et Halle, et depuis sa création, cette manifestation se tient au Port. Pourtant, Le Port est la ville la moins arrosée de La Réunion. N’est-ce pas étonnant ?

- En 1971, quand nous avons lancé l’idée de faire du Port une ville boisée, c’était un pari fou, nombreux étaient ceux qui n’y croyaient pas. Et pourtant, Le Port est une ville où, en moyenne, chaque habitant a droit à 45 mètres carrés d’espace vert.
Flore et Halle était aussi un défi, et c’est devenu le lieu incontournable de rencontre des professionnels de l’horticulture, des artisans qui travaillent autour des fleurs et de l’horticulture. Cette manifestation intègre en plus d’importants enjeux environnementaux. Ce virage avait été amorcé voici trois ans avec la venue des Indiens d’Amazonie.

Un des mots d’ordre de Flore et Halle 2009 est la sécurité alimentaire, pourquoi ?

- Un des points forts de Flore et Halle 2009, ce sont plusieurs conférences sur la sécurité alimentaire. C’est ce qui donne une manifestation internationale à la manifestation. Nous mettons le doigt sur une grande problématique planétaire. Il sera notamment question d’une alternative aux OGM, l’effet Ebner.

Mise à part l’horticulture, quelles sont les autres activités proposées ?

- Flore et Halle n’est pas une foire avec des manèges et des marchands qui vendent de tout, c’est un Salon. Mais Flore et Halle n’est pas seulement un jardin de découvertes et d’émerveillements, c’est aussi un jardin-école.
C’est une invitation à venir entendre, sentir, échanger pour ne pas être de simples consommateurs, mais des citoyens.

Propos recueillis par M.M.


Kanalreunion.com