L’invité(e)

« Nous sommes à un tournant de notre histoire »

Muriel Maillot, candidate de l’Alliance

Témoignages.re / 1er mars 2010

Agée de 27 ans, Muriel Maillot illustre également l’Alliance des générations. Après des études universitaires, elle s’implique dans l’économie solidaire au service du développement durable. Portrait.

Pouvez-vous en quelques mots décrire votre parcours ?

— Après l’obtention de mon Baccalauréat en 1999 au lycée Amiral Bouvet de Saint-Benoît, je m’oriente vers une première année en classe préparatoire aux grandes écoles de commerce au lycée Bellepierre de Saint-Denis. De 2000 à 2002, je poursuis un DEUG Économie et Gestion que j’obtiens en 2002 à l’Université de Saint-Denis de La Réunion.
À la suite de ce diplôme, je suis employée à l’Association pour la protection et l’aménagement de l’Oasis en tant qu’encadrante sur un projet de jardin botanique intitulé "Sur les traces de Joseph Hubert". En 2003, je signe un contrat emploi jeune en tant qu’agent de mise en valeur et d’aménagement de site touristique où j’ai pour missions de coordonner et gérer les projets de l’association. En 2006, j’obtiens une Licence de sciences de l’éducation à l’Université de Saint-Denis de La Réunion tout en continuant à travailler. De 2007 à 2008, quelques mois de flottements, où je me retrouve au chômage, je réalise quelques missions d’intérims en comptabilité et je donne des cours de français et de math à des collégiens. En août 2008, l’Association pour la protection et l’aménagement de l’Oasis me recontacte et me propose un poste de technicienne de gestion administrative où j’ai pour mission la coordination de tous les projets de l’association tels que l’Emploi Vert, la mise en place des contrats aidés CAE, CUI, la gestion du personnel, du pointage à la réalisation des bulletins de salaire, le suivi comptable, avec réalisation des bordereaux de cotisations, la préparation du bilan et des comptes annuels. En 2009, je continue à développer mes compétences et réalise un perfectionnement en comptabilité à la CCIR de Saint Denis.
Je suis actuellement toujours en contrat jusqu’en décembre 2010 au sein de cette association et je souhaite continuer à contribuer pour le développement durable et dans l’économie solidaire.

Quelles sont les raisons qui vous ont amené à vous intéresser à votre domaine de compétence ?

— Bénévole dans des associations depuis le lycée, je me suis toujours engagée dans la vie associative de mon quartier. Les notions de partage, d’échange et de contribution pour et avec les autres sont les moteurs de mon implication. Je pense que les associations équilibrent la société, elles réduisent la fracture sociale et consolident la cohésion sociale par le recours aux contrats aidés et l’insertion sociale. Pour moi, la création d’une Chambre consulaire des Associations est tout à fait indispensable, car la mutualisation des moyens et outils de gestion est plus que nécessaire car, actuellement, ils font cruellement défaut.
De part l’urgence sociale, même si la compétence de l’économie solidaire est conférée plutôt au Conseil général qu’au Conseil régional, la prise en considération de la Région de l’importance de mettre en place des projets d’économie solidaire est pertinent. Car ces projets permettent la relance des activités dans les quartiers, l’insertion sociale des plus démunis. Je crois en l’économie solidaire comme moteur économique et de croissance.
Travaillant sur des projets d’entretien et d’aménagement de sites naturels dans le cadre du dispositif “Emplois verts”, j’ai pu constater l’impact positif tant au niveau économique qu’environnemental. Dans le secteur de l’environnement, la sensibilisation, la protection, la préservation passent par l’entretien et la valorisation. La préservation de nos sites naturels entraîne la création d’emplois et contribue à nos générations futures.

Comment pensez-vous contribuer à la réussite du projet réunionnais de développement durable ?

— Je pense que pour contribuer à la réussite du projet réunionnais de développement durable, il faut d’abord répondre aux problèmes d’aujourd’hui tels que l’urgence sociale, le chômage, la cherté de la vie, pour pouvoir répondre aux défis de demain.
Ma présence au sein de cette équipe est un peu timide, mais je pense qu’elle est à point nommée car nous sommes à un tournant de notre histoire et tellement d’enjeux nous attendent. Je pense que chaque Réunionnais doit s’interroger sur l’avenir et agir pour l’améliorer. À travers ce projet, je souhaite apporter mon expérience du terrain.
Pour réussir le projet réunionnais de développement durable, il faudra contribuer ensemble et chacun doit s’investir pour déterminer des porte-parole qui sauront être des représentants qui défendront nos grands projets et nous apporteront les solutions à nos difficultés.


Kanalreunion.com