L’invité(e)

Ousmane Ndiaye : La mémoire, au-delà du politique !

Mobilisation internationale pour soutenir la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise

Témoignages.re / 25 mars 2010

Ousmane Ndiaye est un journaliste de renommée internationale. Il a aussitôt réagi aux propos tenus par Didier Robert au balcon de la Mairie du Tampon par une tribune parue sur le site "Respectmag.com No Ghetto". Voici le texte de cet appel à élargir la mobilisation autour de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise.

À La Réunion, sitôt élu président du Conseil régional, Didier Robert (UMP) a annoncé la fin des grands travaux de son prédécesseur : le tram et, surtout, la Maison des Civilisations et de l’Unité Réunionnaise (MCUR).
Autant nous nous inclinons devant le choix des urnes, autant l’incapacité du nouvel exécutif régional à inscrire son projet au-delà des clivages partisans nous effare ! De quoi est-il question ici ? De la mémoire commune, de l’histoire en partage et de l’héritage à transmettre. A la question “qui sommes-nous ?” que se posent des millions de Français, la MCUR est un élément de réponse élaboré au bout d’une décennie de travaux scientifiques (études, colloques, publications).
Un projet audacieux, en rupture avec la muséographie classique, articulé autour d’une interrogation : comment montrer cette partie de notre civilisation, sans traces d’objets ? Comment rendre visible notre patrimoine oral ? « Ce musée valorise cette culture qui vit dans nos rites, nos pratiques, nos chants, nos langues. L’enjeu est d’inventer de nouveaux parcours muséographiques. C’est un travail de matérialisation de l’histoire, qui relie l’espace au temps », expliquait, il y a quelques jours seulement, Françoise Vergès, historienne à la tête du projet.
La MCUR est en chantier. Le bâtiment, conçu par l’agence X-tu, allie les principes de l’architecture créole aux dernières technologies de pointe. Un personnel est déjà en place. L’exposition permanente, déjà ficelée. C’est un voyage dans La Réunion d’hier à aujourd’hui, à travers ses savoir-faire et savoirs être. Les Réunionnais étaient invités à l’interroger, à le faire évoluer en apportant leurs histoires et leurs récits. Ce musée est un lieu du présent et du futur. Un espace de rencontre et de médiation, où s’élabore et se construit le vivre ensemble. Ce n’est pas le passé qui se joue ici, mais bien l’avenir.
Comme n’a de cesse de le marteler, exemples à l’appui, Françoise Vergès : « Nous ne sommes pas dans la conservation, mais bien dans la transmission ! Nous travaillons avec l’Académie. Les enfants sont réactifs car ils comprennent qu’on parle d’eux et de la valorisation de leur monde ».

Pour que la MCUR ne s’arrête pas ce vendredi, comme annoncé, une pétition en ligne est lancée.
Comme l’indique le Comité de soutien à la MCUR, il est impératif de récolter un maximum de signatures avant vendredi 26 mars.
Pour en savoir plus : http://soutienmcur.blogspot.com


Rectificatif

Dans notre édition du jeudi 25 mars 2010, en page 2, “L’invité” du jour, Ousmane Ndiaye, est journaliste à Respect Mag et non photographe comme nous l’avons écrit. “Témoignages” s’excuse auprès de M. Ndiaye et de nos lecteurs pour cette erreur.

La Rédaction



Un message, un commentaire ?



Messages






  • la MCUR, notre MCUR ne doit pas s’arrêter. Notre belle histoire réunionnaise nourrie de souffrance a enrichi notre identité qui aujourd’hui est regardée, appréciée dans le monde entier : NOTRE IDENTITE METISSEE vitrine de l’humanisme de l’Océan Indien. Notre belle terre adoptive porte tous ces enfants venus de différents continents. Au nom de notre devoir de mémoire, continuons à militer pour valoriser notre histoire pour arroser nos racines ; notre histoire n’a pas pas de couleurs, elle est est symbolisée par l’universalité.
    Continuons notre militantisme culturel pour valoriser notre culture créole.
    Aline Murin- Hoarau

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com