L’invité(e)

Produire de l’électricité avec l’énergie thermique des mers

Frantz Sinama, doctorant

Témoignages.re / 21 mai 2011

Frantz Sinama est doctorant au laboratoire Piment, il a choisi comme sujet de thèse, l’évaluation du potentiel de l’énergie thermique des mers à La Réunion. Sa formation est un Master en recherche chimie et écotechniques.

Pourriez-vous nous parler de votre parcours d’étudiant et de vos motivations et intérêts ?

— Après un BAC S, j’ai effectué mes études dans le domaine du génie civil et de l’énergétique avec l’obtention d’un DUT Génie Civil option génie climatique à l’IUT de Terre-Sainte. Par la suite, j’ai continué mes études à la faculté du Tampon en L3 et M1 de Physique option Génie Civil, et j’ai terminé par un M2 recherche en chimie et écotechniques option valorisation des énergies renouvelables et des déchets à Polytech Savoie, dans la ville de Chambéry. J’ai été vite attiré par les domaines énergies renouvelables et par la recherche, lors de mes stages que j’ai pu effectuer à la fois en entreprise et en laboratoire de recherche. C’est ce qui m’a poussé à faire une thèse, financée par la Région Réunion, que je mène au Laboratoire Piment à l’IUT.

Lors du Forum des Jeunes Chercheurs du mercredi 18 mai, vous avez présenté comme sujet : "Quand la production d’électricité dépasse les frontières et s’ouvre aux océans", pourriez-vous nous en parler ?

— Le sujet porte donc sur la production d’électricité utilisant une source alternative aux moyens conventionnels, l’océan avec le principe de l’énergie thermique des mers (ETM). Grâce à un cycle thermodynamique, il est possible de produire de l’électricité en utilisant la différence de température entre l’eau froide prélevée à 1.000 mètres de profondeur et l’eau de surface.

Quel est d’après vos études, l’intérêt de cette énergie dans le mix énergétique qui amènerait La Réunion à l’indépendance énergétique ?

— L’ETM est une des solutions qui a été intégrée au projet STARTER, pour le mix énergétique de l’île. L’un des avantages de cette technologie par rapport aux autres énergies renouvelables, c’est la disponibilité de la ressource. En effet, il serait possible de faire fonctionner ce procédé 24 heures sur 24 sans interruption. De plus, la remontée d’eau froide permet d’envisager d’autres activités comme l’aquaculture, ou un couplage avec un SWAC (climatisation) si l’installation se faisait à terre.

Comment et où pourrait-elle être mise en place ?

— Depuis 2008, la Région Réunion a mandaté la société DCNS pour une étude de faisabilité sur l’installation d’une centrale pilote au large de La Réunion. Parallèlement, un accord de collaboration a été signé entre, DCNS et l’Université de La Réunion pour l’accompagnement d’un programme de recherche-développement de l’ETM pour l’implantation de cette centrale pilote.
Une partie de ce travail de recherche est l’implantation d’un prototype à terre ETM (PAT ETM) sur le site de l’IUT de Terre-Sainte. Ce prototype permettra de faire de la confrontation entre les modèles, que nous développons actuellement, et des données expérimentales. Cette phase est nécessaire et cruciale afin d’avoir des éléments de validations pour passer à la phase supérieure qu’est l’installation de cette centrale pilote.


Kanalreunion.com