L’invité(e)

« Que La Réunion reste cet exemple de cohésion »

Sylvie Mouniata, membre du Collectif “Non au racisme ! Respèkt anou !”

Témoignages.re / 21 août 2010

Membre du Collectif “Non au racisme ! Respèkt anou !”, Sylvie Mouniata revient sur la rencontre avec le conseiller de Luc Chatel concernant la procédure de révocation engagée à l’encontre de Serge Copy pour propos racistes. Cette affaire est loin d’être un cas isolé, ce qu’impose donc la vigilance la plus grande.

Comment s’est déroulée la rencontre entre le Collectif “Non au racisme ! Respèkt anou !” et le conseiller du ministre de l’Éducation, et porte-parole du gouvernement, Luc Chatel ?

— Ils nous ont reçus avec une heure de retard. Nous avions rendez-vous à 12h20, mais le conseiller nous a reçus à 13h35. Après des excuses pour le retard, nous nous sommes présentés. Mais d’emblée, j’ai tenu à indiquer, « Vous êtes blanc, nous ici, nous sommes tous des nègres, et des putes ». Après un sourire de la part du conseiller, nous nous sommes présentés, et avons discuté. Nous lui avons rappelé l’affaire “Copy”. Il s’agit d’un enseignant qui pour se défendre n’a pas hésité dire qu’il était blanc et qu’ici il n’y avait que des nègres et des putes, de fait, son attitude était tout à fait justifiable selon lui. Le comportement de Serge Copy a indigné l’opinion, et a réveillé de vieux démons. Le collectif se bat contre ce genre de comportement.

Ce fut un accueil cordial, nous avons exposé le but du collectif, et avons expliqué les problèmes de racisme ne devraient pas avoir cours à La Réunion. Notre île est l’exemple même de tolérance, de métissage, et qu’il n’y a aucune distinction de couleur de peau, ici.

Ressentez-vous une volonté de la part du porte-parole du ministre de résoudre cette affaire ?

— La procédure disciplinaire a été engagée, le ministre a d’ailleurs souhaité qu’il soit révoqué. Dans ce cas précis, la position du ministre est claire, mais il ne dit pas que Serge Copy va être révoqué, parce que c’est l’instance paritaire qui prend cette décision. Nous avons alors rappelé au conseiller que Brice Hortefeux n’avait pas hésité à révoquer immédiatement le préfet Langlade pour ses propos racistes. Nous lui avons donc demandé pourquoi est-ce que Serge Copy aurait un traitement différent, ils nous a dit que l’on devait attendre la décision de l’instance paritaire, et que le ministre ne pouvait rien.

C’est pour cette raison qu’en plus de la procédure disciplinaire, nous avons porté plainte pour propos raciste, et injure raciale à l’encontre de Serge Copy.

Après cette affaire “Copy”, quels seront les objectifs du Collectif “Non au racisme ! Respèkt anou !” ?

— Serge Copy n’est pas un cas isolé, nous allons veiller dans la presse, dans la rue, dans les institutions, auprès de la population, pour que cesse toute forme de racisme, et de mépris à l’égard des Réunionnais.

Nous voulons que La Réunion reste cet exemple de cohésion, par nos différences, nos cultures, nos traditions, La Réunion est un melting pot, le “Vivre ensemble”, existe bel et bien, et nous souhaitons qu’il en reste ainsi.

C’est également pour cela que nous avons lancé une réflexion au sein de notre collectif, qui reste unanime sur la problématique de fond, qui se traduit par “Le racisme et la division ne passeront pas”. C’est la base de notre mouvement, nous serons donc en permanence vigilants sur la question du racisme. Car, nous ne voulons pas que la jeunesse Réunionnaise tombe dans cette faiblesse de supériorité par rapport à l’autre. C’est une histoire de comportement impardonnable, vis-à-vis de nos semblables, qui ne doit plus avoir lieu.

Propos recueillis par Céline Tabou



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Je le répète inlassablement : il n’y a pas eu d’injures raciales au TGI de Champ Fleury ni ailleurs d’ailleurs, la presse Réunionnaise va très mal (Le Quotidien licencie à tour de bras, Clicanoo, 25 juillet 2010)et fait flèche de tout bois pour vendre du papier ; les politiques tentent de récupérer des voix perdues aux dernières élections en jouant sur l’affect le plus bas des Réunionnais, à savoir la xénophobie anti-métro ! Cela sappelle un lynchage médiatique avec récupération politique en vue de manipuler les Réunionnais qui n’en peuvent mais ! Bravo, c’est du joli, je note... C’est amusant tellement votre agitation est ridicule : je ne vais avoir aucun mal à me défendre et certains même vont peut-être en pâtir juridiquement : restez honnêtes, voyons, au lieu d’accuser des gens que vous ne connaissez pas, ce serait plus sage...

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com