L’invité(e)

« Respect des valeurs ou alliance sans principe ? »

Élie Hoarau, l’invité de la semaine de "l’Humanité"

Témoignages.re / 23 juillet 2009

Le 10 juillet dernier, dans le dernier article qu’il a rédigé pour notre confrère "l’Humanité", le député réunionnais au Parlement européen rappelle les enjeux de l’élection du président du Parlement européen. Quatre jours plus tard, l’analyse du secrétaire général du Parti communiste réunionnais s’est vérifiée, puisque le candidat du Parti populaire européen (dont fait partie l’UMP) a été élu grâce aux voix des socialistes et des Verts.

Comme nous l’avons affirmé tout au long de la campagne électorale des Européennes (nous, l’Alliance des Outre-mers et le Front de Gauche), les socialistes et les Verts semblent à nouveau avoir choisi le camp de l’alliance objective avec le Parti populaire européen (PPE) au Parlement.
Ce mercredi 14 juillet auront lieu les élections du président du Parlement européen. Les socialistes et les Verts ont choisi de ne pas présenter de candidat afin de matérialiser un accord présenté comme technique pour mieux masquer la nature politique sur laquelle a toujours débouché ce type d’alliance.

Sans équivoque, ce fait n’est pas nouveau et l’alliance entre le Parti socialiste européen (PSE) et le Parti populaire européen (PPE) n’est pas peu habituelle puisque cela fait cinq législatures qu’ils gouvernent le Parlement main dans la main.
Cependant, la situation a quelque chose d’inédit, qui mettra chacun devant ses responsabilités ; c’est la première fois que seuls deux candidats seraient en lice pour le poste de président du Parlement européen. Le premier est Eva-Britt Svensson, une Suédoise du groupe de la Gauche unitaire européenne et de la Gauche verte nordique (GUE-NGL). Le second est Jerzy Buzek, un Polonais du groupe du Parti populaire européen (Droite conservatrice européenne).

Les députés socialistes et Verts auront donc à faire un choix : suivre les recommandations données par leurs leaders politiques respectifs, en vu d’honorer les accords d’une alliance avec les forces libérales et conservatrices, ou respecter les valeurs qu’ils mettent si souvent en avant durant le temps des campagnes électorales. Respect de ses propres engagements ou obtention de postes de VIP ? Telle est la question pour les socialistes et les Verts au Parlement européen.
Pour nous, le choix est fait et ne s’est jamais posé ! Il sera celui du respect de nos valeurs et de nos engagements. C’est pour une candidate qui incarne des valeurs de progrès que je voterai. Eva-Britt Svensson est une féministe engagée, appartenant au groupe de la Gauche verte suédoise défendant pleinement les valeurs que nous portons. On ne peut tenir un discours pour une Europe sociale durant la campagne électorale et se rallier, dès les premiers jours au Parlement européen, à ceux qui incarnent par leurs programmes une politique libérale et conservatrice.

Pour que chacun puisse se faire son opinion lorsque l’heure des résultats arrivera, mardi 14 juillet, il faut retenir que l’ampleur des votes en faveur du futur président démontrera au sein du Parlement le degré de compromission du Parti socialiste et des Verts (qui représentent à tous deux près de 30% des voix).


Kanalreunion.com