Le mot du CAUE

Détecteurs de fumées obligatoires : comment se prémunir ?

Le mot du CAUE

CAUE / 16 juillet 2010

Le Parlement l’a voté : d’ici cinq ans, chaque occupant, locataire ou propriétaire va devoir équiper son logement d’un système d’alerte à incendie. Quels détecteurs choisir et où les installer ? Réponses avec le CAUE.

Bougies oubliées, dysfonctionnement des appareils électriques et imprudence des enfants sont les premières causes d’incendies domestiques. À La Réunion, en moyenne, 400 incendies domestiques sont déclarés par an (sources SDIS). Une solution simple et efficace existe pourtant pour éviter de tels drames : le Détecteur avertisseur autonome de fumée (DAAF), obligatoire d’ici décembre 2015.

C’est pour diminuer de moitié le nombre de victimes d’incendies que la France a adopté le texte qui rend obligatoires les systèmes d’alerte. Tous les occupants, locataires ou propriétaires ont un délai de cinq ans pour installer un détecteur avertisseur autonome de fumées dans leur logement.

Le rôle du DAAF est de vous avertir dès la naissance du feu pour pouvoir tenter de l’éteindre ou de fuir au plus vite. Les détecteurs émettent une alarme dès qu’ils perçoivent de la fumée. Une aide salutaire la nuit, quand la surveillance humaine fait défaut. Pour une protection de base, il est recommandé d’installer au moins un détecteur à chaque étage de la maison et dans chaque pièce à vivre : les chambres et le salon ; et de préférence au plafond. En revanche, inutile d’équiper la cuisine, la salle de bain et le garage : la présence d’un peu de fumée ou de buée peut déclencher le détecteur.

La garantie NF EN 14604

Soyez vigilant, tous les appareils ne se valent pas. Sur dix détecteurs testés, quatre ne se déclencheraient pas de façon systématique. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le marquage CE n’est pas suffisant. Veillez à ce que la norme européenne NF EN 14604 figure sur l’emballage, la notice ou le produit même. Afin de limiter les dérapages, le gouvernement a ouvert un site d’information (www.prevention-incendie.gouv.fr) à destination du public.

Quel type de détecteur choisir ?

Préférez des détecteurs de fumées (et chaleur) interconnectables : si une fumée est détectée dans une partie de la maison, il est important que tout le monde à l’intérieur du logement soit averti du danger. Avec un détecteur interconnectable, tous les détecteurs vont déclencher l’alarme en même temps et chacun sera averti au plus vite pour pouvoir agir ou fuir.

Les détecteurs peuvent être à pile ou sur secteur. Les détecteurs à pile ont l’avantage de la simplicité lors de l’installation. Pour votre sécurité, la norme NF EN 14604 prévoit un système de bips et de clignotements lorsque la pile est usée.

Les DAAF sont également adaptés aux personnes malentendantes : certains modèles ont un flash intégré pour signaler l’incendie.

Un entretien facile et indispensable

L’entretien quant à lui se limite à s’assurer du bon fonctionnement de l’appareil. Pour cela, il suffit d’appuyer chaque mois sur le bouton de test et de remplacer la pile une fois par an. N’oubliez pas également de les dépoussiérer régulièrement avec un chiffon humide ou à l’aide d’un aspirateur.

Le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement est gratuitement à votre disposition pour vous informer. Pour prendre rendez-vous avec l’un de ses architectes-conseillers, téléphonez au 0262.21.60.86. Vous pouvez également consulter son site internet www.caue974.com


Kanalreunion.com