Le mot du CAUE

« Oceanus nostrum : tour dʼhorizon sur le patrimoine de lʼocéan Indien »

Jusqu’au 16 mai au CAUE

Témoignages.re / 30 avril 2012

« Oceanus nostrum : tour dʼhorizon sur le patrimoine de lʼocéan Indien » est lʼœuvre des étudiants de lʼécole dʼarchitecture de La Réunion. Cette exposition, réalisée à lʼoccasion des 1ers entretiens du patrimoine de lʼocéan Indien, vise à apporter à une meilleure connaissance de cet espace géographique mal connu et mal perçu sur le plan historique et architectural. Dans le cadre de sa mission de sensibilisation au patrimoine réunionnais, le CAUE a souhaité présenter cette exposition au public.

« De Maurice en passant par Madagascar, la Somalie, l’Arabie, la Perse et l’Inde, les travaux des étudiants ont mis en évidence les mutations en cours sur le plan démographique et économique. Ces mutations se traduisent de façon spectaculaire sur le plan urbain : des villes se transforment à grande vitesse et génèrent des tensions sociales, religieuses, politiques et économiques.
Cette étude a également permis de révéler que l’océan Indien avait toujours été un espace culturel marqué par l’intensité de ses échanges et de ses transmissions croisées...

L’océan Indien : espace géographique ou espace culturel ?

Si l’océan Indien constitue bien un espace géographique délimité, il ne semble pas, contrairement à la Méditerranée, constituer un « oceanus nostrum » conceptualisé.
L’océan Indien n’a été perçu comme médium hauturier, entre les masses émergées qui le bordent, qu’à partir de l’histoire récente. Les préoccupations politiques, économiques et religieuses des pays limitrophes étant le plus souvent continentales.
Pourtant, depuis l’antiquité, la frange côtière est fréquentée par les marchands romains, arabes et chinois qui se rendent jusqu’en Traprobana.
La représentation de l’océan Indien se modifie avec l’arrivée des Portugais puis des Hollandais, des Anglais et des Français. Contrairement aux emprises européennes sur les Amériques, les flux et les reflux coloniaux n’auront d’effet profond que sur les franges côtières. Il se traduira par la création de toute pièce de multiples villes portuaires commerciales et défensives.
De nouveaux flux d’échanges de savoir et d’apports croisés se développeront alors à partir de ces villes en pleine croissance du fait de leur situation en interface avec l’océan et ses connexions maritimes. Leur destin se distanciera de leurs origines coloniales. Elles constituent aujourd’hui un maillage économique et portuaire à l’échelle mondiale.
C’est sous ces différents éclairages que le concept de l’océan Indien comme espace culturel prend tout son sens. La notion de patrimoine doit y être comprise dans ses différentes dimensions culturelles et sociales, matérielles et immatérielles.
De par l’ancienneté des relations, des migrations, des tensions, des métissages et héritages multiples qui ont marqué ses populations côtières, l’océan Indien constitue un espace culturel d’une grande intensité. Son potentiel de créativité s’exprimera avec d’autant plus de force qu’il sera l’objet d’une reconnaissance et d’un enrichissement mutuel. »


Kanalreunion.com