Libres propos

En guise de lettre ouverte (… et de conseils désintéressés…) à Monsieur le nouveau Président du Conseil Régional de La Réunion.

Témoignages.re / 19 avril 2010

Je l’ai écrit il y a peu : « Au fond de moi, j’espère sincèrement que les nouveaux membres de l’exécutif régional sauront être à la hauteur des enjeux qui nous attendent tous, où que nous soyons ». Et j’avais poursuivi : « Je leur souhaite ce que j’aurai aimé pour mes amis de l’Alliance si les résultats avaient été autres : de la lucidité, de la réflexion, de la modestie et de l’humilité devant les idées des autres… ». Mon propos de ce jour est fidèle à cette position.

Monsieur le nouveau Président du Conseil Régional de La Réunion est donc rentré de Paris, de Matignon plus précisément où, sur la question du Tram-Train, il a rencontré les services du Premier Ministre au grand complet. Je n’aurai pas la prétention de faire ici la moindre allusion à tout ce qui s’y est réellement dit.
Il appartient à l’intéressé, s’il ne veut pas que d’autres de bien plus qualifiés que moi le fassent à sa place, de ne rien cacher à ses collaborateurs et à ses colistiers, au moins aux plus proches d’entre eux. Pour ce qui est des médias et donc de l’opinion publique, il peut toujours procéder comme lors de la campagne électorale. Cela avait très bien marché puisque la victoire a été au rendez vous.
Par exemple, quand, sur le ton de celui qui sait de quoi il parle et qui maîtrise son sujet et les sommes qui vont avec, le candidat Didier Robert annonce qu’il inscrira la somme de 300 millions d’euros dès l’exercice budgétaire 2010-2011 pour aider les communes à réaliser les stades, piscines et autres gymnases dont elles manquent cruellement, force est de constater que ça a marché. Le monde sportif a réagi comme s’il y croyait. N’a-t-il pas, par exemple, annulé un débat que son instance dirigeante avait prévu entre les listes présentes pour le second tour ? Et dans les communes, nombreux ont dû se dire que leurs Maires allaient enfin pouvoir les avoir, les piscines olympiques, les pistes d’athlétisme en tartan, les gymnases avec parquet ciré et les terrains de foot ceinturés de tribunes à grandes capacités qui leur manquent tant !
Certes, depuis et à deux reprises (pour commencer), on a corrigé. Ca a été pour dire, dans un premier temps, que les 300 millions, ce sera pour la culture aussi et puis, dans un second, que ce sera 40 millions, sans doute lors d’une prochaine D.M. (Décision Modificative). Et Thomas Lauret est bien cruel quand il rappelle (le "JIR" de samedi) que « lors de sa campagne, le candidat Robert avait annoncé vouloir relancer au plus vite la commande publique et cité l’exemple d’un fonds régional de 300 millions d’euros destiné à permettre la réalisation d’équipements sportifs et culturels dans les communes, dès 2010 » et que « c’est désormais sur cette enveloppe que le BTP fonde tous ses espoirs de relance. Il va falloir plus que des promesses pour le rassurer ».

Le nouveau Président du Conseil Régional ne va tout de même pas laisser s’installer, foutor va, l’image qu’à son âge on peut déjà être un irresponsable qui fait toutes sortes de promesses au motif que celles-ci n’engagent que ceux et celles qui acceptent de les gober ! C’est pourquoi nous devons lui suggérer de demander à l’ensemble de nos vingt quatre Mairies qu’elles établissent, dans les meilleurs délais et au titre d’A.P. (Autorisations de Programme), tout ce dont elles ont besoin comme Gymnases, Piscines, Stades et autres Salles de Spectacles et d’Activités culturelles.
Tous les chantiers ne pouvant pas évidemment démarrer tout de suite, les C.P. (Crédits de Paiement) pourraient s’étaler sur 2, voire 3 années budgétaires. Ce qui aurait pour effet de mettre en place une politique d’allotissement qui, si elle devait être aussi bonne sinon meilleure que celle qui avait cours sous l’ancienne mandature, ne pourra que continuer à satisfaire les T.P.E. et P.M.E. de notre tissu entrepreneurial. Et s’il se fait un devoir de continuer à payer dans des délais considérés comme très bons par la profession, alors notre nouveau Président aura droit aux bravos de tous !

Dans l’urgence, une autre suggestion mérite d’être faite. Elle vise sa (toute première) Vice-Présidente qui, dans un placard publicitaire paru samedi et derrière un art bien maîtrisé de la sémantique où se distinguent remerciements aux électrices et électeurs ayant voté au premier tour et remerciements à celles et ceux du second, informe l’opinion publique que, « grâce à la délégation « égalité des chances et solidarité » qui (lui) a été attribuée dans le cadres de ses nouvelles fonctions, les Réunionnaises et les Réunionnais doivent savoir qu’ils peuvent compter sur son dévouement pour répondre concrètement à leurs attentes ».
Mais, tient-elle à préciser, ledit dévouement ne pourra se manifester que « dans les limites des compétences de la Région ». Ce qui revient à dire, Monsieur le Président, qu’elle fonde elle aussi ses espoirs les plus grands sur cette fameuse enveloppe de 300 millions qui se saurait rester, vous voilà au pied du mur, à l’état de grossière promesse.

Raymond Lauret


Kanalreunion.com