Libres propos

Inadmissible, Monsieur le journaliste !

Témoignages.re / 2 novembre 2009

Match de foot. Samedi soir, l’USS Tampon reçoit le Trois-Bassins FC. Compte rendu dans "Le Quotidien" du lendemain. Et tout d’abord en titre, « Encore des incidents… », avant d’enchaîner qu’ « Il sera dit que les confrontations entre l’USST et le Trois-Bassins FC ne resteront pas dans les mémoires ». Et puis, après un second pénalty, comme pour prendre un nécessaire élan, une simple phrase nous apprend que « jusque là tout allait bien ». Et puis, patatra. Lisons : « Malheureusement, au moment où Steeve Dubec, l’arbitre, sifflait le deuxième pénalty, certains joueurs visiteurs contestaient sa décision. Emmanuel Françoise recevait un carton rouge. À partir de là, la grogne enflait chez les Trois-Bassinois. Plusieurs se précipitaient en direction de M. Ali Mitha, l’un des assistants. C’est alors que Gianni Mazona perdait son sang-froid et, malgré Ruddy Nagama qui essayait de le retenir, poussait dans un premier temps l’arbitre de la poitrine avant de lui adresser un direct du droit ».
Rien à dire, sinon souligner la qualité du travail du journaliste qui a su et qui a pu rendre compte en un temps record de ce débordement d’anti-sportivité sur un terrain de foot, débordement dont l’extrême gravité appelle à une sanction exemplaire de la part de la Ligue. Oui, rien à dire.
Et puis, juste après, en conclusion et en final : « Le cas de l’ex-Portois sera examiné rapidement par la commission de discipline de la ligue. Il risque gros ». On lit, on relit. On est surpris, choqué par cette énorme faute du journaliste
Oui, énorme faute. Car, pourquoi qualifier Giani Mazona d’ « ex-Portois »  ? Y aurait-il une tare indélébile qui ne vous quitterait plus si vous avez eu le malheur d’avoir été un jour « portois » et qui expliquerait que vous êtes voué à dupliquer cette tare là où vous allez ?
Cette faute est inadmissible. Cependant, nous n’ignorons pas que celui qui l’a commise est réputé mesuré dans ses commentaires et a toujours eu le souci de contribuer à un bon comportement de nos sportifs sur et hors des terrains de jeu. Et sans chercher à jouer aux donneurs de leçons et aux professeurs de morale, nous préférons croire que notre ami journaliste sportif jugera qu’il a sans doute dérapé dans un propos qui a pu blesser de nombreux Portois et Portoises de naissance, de passage ou d’adoption.
Alors que notre actualité aurait dû tout naturellement me porter à quelques commentaires sur la dernière AG de la Chambre des métiers ou encore sur la soirée, au Port, du 25ème anniversaire de l’URCOOPA, j’ai choisi de vous causer d’un inhabituel dérapage d’écriture dans notre presse sportive. Ce qui m’oblige à souligner que, dans le "JIR" d’hier, pour le même match, le même incident a été ainsi rapporté : « …Mais il (Giani Mazona) craque, résiste à son co-équipier Nagama qui tentait de l’empêcher de commettre l’irréparable, et essaye d’allonger Monsieur Dubec d’une droite, heureusement sans succès ! Un geste condamnable, évidemment, et qui risque de coûter très cher au petit attaquant. Un geste surtout qui cache la bonne première période des Trois-Bassinois fringants avant que le Tampon ne se réveille enfin de sa longue léthargie ».

R. Lauret


Kanalreunion.com