Point de vue

La Libye, mission accomplie, tout s’est bien passé comme prévu !

Témoignages.re / 26 octobre 2011

Kadhafi est mort. Huit mois, après le début de la lutte armée, nous espérons que la Libye va pouvoir prendre en main sereinement son destin. Sans doute, il n’y a pas de quoi se réjouir de la mort de quelqu’un qui durant des décennies à brimer son peuple, cependant louons le travail des libérateurs : l’OTAN, la France et l’Angleterre et les autres. Maintenant tout est à refaire pour rétablir la démocratie.

Le compte à rebours

La victoire tant attendue est arrivée. Ce moment historique, marque à la fois le début de la liesse populaire, et également le début des difficultés à venir pour les braves conquérants. Des missions désormais difficiles à assumer, pour rassembler les personnes, pour rétablir la sérénité et la sécurité, pour mener le pays vers un régime véritablement démocratique. Une tâche qui se présente déjà difficilement réalisable, car l’éclatement en différentes visions politiques des insurgés, ne favorise pas la constitution d’un gouvernement équitable d’union nationale, pour conduire les affaires urgentes de l’État. Tout reste donc à faire.

Liberté et démocratie

Notre philosophe émérite BHL rappelait aux « libérateurs » et à leurs « généreux soutiens » que « l’histoire juge aussi le vainqueur d’une guerre et, plus encore, d’une guerre de libération à la façon dont il traite son adversaire vaincu ; quelles que soient les circonstances, la dureté des combats, voire l’évidence des crimes de guerre ou contre l’humanité dont l’autre s’est rendu coupable, les conventions de Genève sont sans appel et exigent son absolue sauvegarde… » Il est clair que les règlements de compte, qui ont commencé par l’exécution sans jugement du dictateur, cessent. L’OTAN ne doit pas vite se sauver, sans s’assurer que les droits de l’homme seront respectés, avant même d’attendre d’être gracieusement récompensé.

La Sécurisation des hommes et des biens

Syrte et sa population doivent être épargnées de l’urbicide programmé. L’OTAN et son « bras armé », le Conseil National de Transition, doivent savoir qu’il est de leur mission de pacifier le pays pour éviter le chaos. Ils doivent éviter les bavures qui ont déjà commencé et qui méritent jugements quelle qu’en soit la personne responsable de l’acte. Des règlements de comptes et les exécutions sommaires extrajudiciaires doivent s’arrêter et faire place, maintenant au dialogue, à la concertation, et par la suite à la réconciliation. À ces petits plaisirs, exactions et lynchages, dont on ne doit s’offusquer, nous devons réagir énergiquement. La coalition internationale doit s’y opposer et faire entendre le droit.

Vigilance

Pour nous qui gardons encore le souvenir de nos compatriotes tués, par les bras armés de Khadafi et les membres d’Al Qaïda, l’OTAN et les libérateurs doivent aider le CNT et ses alliés à écarter les intégristes, les opportunistes de tout bord, et les « épurateurs » qui ne se gênent nullement à associer toute personne noire, y compris les Berbères à un mercenaire à la solde du dictateur. Le CNT, maintenant que le monde libre l’a aidé à se débarrasser du tyran, doit se sentir investi d’une mission historique. C’est donc à lui, de réussir la constitution d’une nouvelle équipe saine et irréprochable, insoupçonnable, qui veillera à la formation d’une Assemblée constituante. Face aux attentes de son peuple, il ne doit pas décevoir. Il doit redoubler de vigilance face aux nostalgiques de la monarchie, aux néocolonialistes à la solde d’impérialistes occidentaux, dont les seuls buts seront de se partager la manne pétrolière, en fragilisant l’économie libyenne.

Maintenant, que nous sommes arrivés à nos fins, il nous revient, nous, Paris en tête dans la coalition, d’accompagner l’intégration de toutes les couches sociales et tribales dans le processus de réunification nationale. Pour l’intérêt de tous, Paris doit peser de tout son poids dans le processus démocratique, afin que les Berbères retrouvent leur place au sein de la nation. Demain, une nouvelle dictature ne doit pas se substituer à la démocratie naissante que le monde libre appel de tous ses vœux pour la nouvelle LIBYE.

Bienvenu H. Diogo


Kanalreunion.com