Tribune libre

"Nous jeunes" la politique nous concerne tous

Témoignages.re / 6 novembre 2010

« Nous devrions nous prendre un peu plus en main, et ne pas attendre que cela nous tombe dans la main » : c’est le message porté par un jeune qui veut contribuer activement au développement de son pays.

« Je pense déjà qu’à notre niveau, "nous les jeunes", nous sommes déjà très mal informés, voir désinformés de tout ce qui est d’ordre politique, de tout ce qui se met en place, ou se réforme. Et je ne pense pas que ce soit un manque de volonté. Je parle ici en mon nom. J’ai la chance d’avoir une situation professionnelle stable et correcte. Je m’estime heureux d’être là où je suis, il faut être patient et déterminé, mais malheureusement pas tous les jeunes de mon âge ont cette chance. Comme tant d’autres, donc, j’essaie de m’intéresser à ce qui se passe dans la politique, dans la société. Je suis également touché par ce qui se met en place, les reformes politiques, notamment la dernière en date concernant les retraites.
On a parlé de manifestation, on a parlé de mouvement de grève, on a entendu dire qu’il faut travailler jusqu’à 62 ans ? Ou 67 ? Lors d’un dîner, j’ai eu l’occasion d’entendre parler de cette réforme au Journal télévisé. Il paraît qu’il y a eu des émissions à 22h sur LCI ou toute autre chaîne nationale. Manqué ! Même si je voulais regarder, pour X raisons je n’ai certainement pas pu. Mais, concrètement aujourd’hui, qu’est ce que c’est cette réforme ? Faut-il que je me base sur les témoignages des étudiants ou lycéens en grève ? Est-ce qu’eux en savent plus que moi ? Et comme si cela ne suffisait pas, il faut qu’il y ait des amalgames entre ces manifestations et les échauffourées survenues suite à cela (poubelles brûlées, vandalisme, etc.) Comme si le “jeune” n’était pas déjà assez montré du doigt, il faut encore qu’il fasse parler de lui en mal... Avec ça, c’est sur qu’on risque d’être crédible !
Alors pourquoi irais-je moi aussi le “jeune” me mêler à ceux-la... Je généralise, mais c’est un peu l’état d’esprit que je côtoie autour de moi. Et puis, j’aurais honte d’avoir à répondre bêtement à un journaliste qui me poserait la question “pourquoi manifestez-vous ?” sans être sur de la réponse...

Que des paroles, très peu d’action

Sur le plan local, c’est toute une histoire... Mis à part suivre les mouvements des institutions et autres associations, déjà bien en place et très certainement régis de manière trop peu objective, a-t-on réellement le choix, mais surtout le temps de peser le pour ou le contre pour s’en faire une idée personnelle ? Je ne pense pas. Malheureusement aujourd’hui, l’impression que la politique me donne est que de toute façon ces entités déjà en place seront toujours tenues par les mêmes, et on formera les petits nouveaux à nos idées toutes faites pour nous succéder... (Quand bien sûr on ne met pas en place directement un membre de la famille).
Nous sommes jeunes certes, mais nous ne sommes certainement pas si bêtes. Si l’on nous laissait concrètement le choix, et si l’on nous communiquait réellement les informations relatives à ce qui se passe socialement et politiquement, je pense que moi, autant que mes semblables, on s’y intéresserait plus.
Mais malheureusement aujourd’hui, à part suivre les JT ou lire un peu les journaux, quand on entend des interventions de personnalités politiques dans les médias. On entend quoi mis à part des critiques ouvertes sur les faits et non faits des différents opposants de ses intervenants ? Qu’est-ce que je peux bien en avoir à faire, de savoir que Monsieur X a dit ça, mais ne l’a pas fait, que Monsieur Y proposait mieux mais on ne l’a pas écouté. Que de toute façon, c’est tous des voleurs et moi le meilleur... Moi je vous propose monts et merveilles, et vous verrez, je le ferais...
Voilà. Rien d’objectif. Aucun fait concret, de la langue de bois lorsqu’un intervenant extérieur pose des questions intelligentes et intéressantes. Que des paroles. Mais au final très peu d’actions.
C’est vulgairement ce qu’il reste de la “politique médiatisée”. Soit, on est dedans et on comprend. Soit, on ne l’est pas, alors on se tait et on subit car même si on veut poser des questions on ne sera pas entendu. Alors maintenant on ne s’y arrête pas, la politique ne nous intéresse plus. On apprendra rien. C’est triste à avouer. Mais c’est comme ça.

« Pas l’association, ni l’homme politique qui va te trouver un emploi »

Parlons des jeunes... J’ai le sourire aux lèvres car aujourd’hui “les jeunes” c’est eux qu’on cible... “Ne vous inquiétez pas, les associations sont là, on va se battre pour vous trouver des emplois, on va se battre pour vos conditions de travail”, etc.. Je me pose la question “comment”. Est-ce que c’est ces derniers, qui iront frapper aux portes des entreprises locales et annoncer “voila nous sommes untel de telle association, ou de tel bord politique, et nous voulons savoir si vous rechercher des jeunes pour travailler, car nous avons des adhérents”. En effet, dit comme ça, c’est moyen.
Mais les jeunes, il ne faut pas les oublier... Car après tout, les jeunes ont la carte électorale, autant aller dans leurs sens, ça fait toujours un poids en plus...
Je pense que “nous jeunes”, nous devrions nous prendre un peu plus en main, et ne pas attendre que cela nous tombe dans la main. Car aujourd’hui ce n’est pas l’association, ni l’homme politique qui va te trouver un emploi. Bien sûr je comprends également ceux qui n’y croient plus, ceux qui ne s’impliquent plus... C’est triste d’en arriver là, mais c’est un peu la mauvaise spirale, qu’il est si difficile à éviter.

Nous donner les bonnes informations

Malheureusement aujourd’hui, les jeunes, tout comme moi peut-être, ne croient plus en tout ça. C’est pas forcément de bonnes paroles dont nous avons besoin, on a peut être simplement besoin des bonnes informations, d’avoir les bonnes choses en tête pour se battre, pour notre emploi. Et ça commence depuis la scolarité post-collège. Avoir les bonnes orientations. Certes, nous ne sommes pas tous faits pour les grandes études, moi le premier. Mais quel débouché ? Où aller ? Quel est le secteur d’activité qui fonctionne bien, et qui a un rapport avec nos compétences, et ce que l’on cherche ? Ne pas avoir peur de commencer en bas de l’échelle, et avoir la volonté de grimper au fur et à mesure les échelons. Patience et volonté, je le disais plus haut...
Au final, je dirais que la politique nous concerne tous. Même les jeunes, et même si on a l’air de s’en moquer, je pense simplement qu’au lieu de nous promettre ce que jamais on ne nous donnera, et de nous prier d’accepter les différentes choses mises en places “pour nous, et pour vous”, on ferait mieux de nous laisser le choix de nos convictions en nous donnant toutes les bonnes informations afin de s’orienter selon nos propres idées...

Clément T.


Kanalreunion.com