Agenda

Jean Marie-Le Clezio à La Réunion à l’occasion du colloque de l’ODI sur l’interculturel

Mardi au Conseil général

Témoignages.re / 26 avril 2014

L’évènement majeur qui accompagne le deuxième édition du colloque international de l’ODI Réunion, sous l’intitulé « Interculturel, diaspora indienne et mondialisation : réalités, enjeux et perspectives », est sans conteste la présence du prix Nobel de littérature 2008, Jean-Marie Gustave Le Clezio. L’illustre écrivain assure en effet la présidence d’honneur de la manifestation scientifique, ouverte au grand public, qui sera inaugurée le mardi 29 avril prochain à 8h 30 dans l’hémicycle du Conseil Général au palais de la source.

JPEG - 53.1 ko
JMG Le Clezio sera président d’honneur du colloque de l’ODI.

C’est la deuxième édition du colloque internationale de l’ODI Réunion. Cette année, le thème choisi est « Interculturel, diaspora indienne et mondialisation : réalités, enjeux et perspectives ». Elle aura lieu mardi, en présence de Jean-Marie Gustave Le Clezio, Prix Nobel de littérature 2008. Cette manifestation suite à celle organisé en 2012 sur le thème générique de « l’engagisme dans les anciennes colonies », l’ODI-Réunion s’est associé à la Fondation pour l’interculturel et la Paix (FIP) basée à Maurice et dont Jean-Marie Gustave Le Clezio est l’un des cofondateurs.

Intervenants de Chine, Inde et Maurice

On notera encore que soucieux du caractère scientifique de cette initiative Jean Régis Ramsamy s’est attaché les services d’un laboratoire de recherche de l’université de La Réunion le CIRCI (Centre interdisciplinaire de Recherche sur la Construction identitaire) dirigé par Michel Latchoumanin pour mettre en place un comité de sélection des contributions des chercheurs et praticiens.

La dimension internationale de l’édition 2014 ne fait aucun doute car à la lecture du programme apparaissent des intervenants provenant de la Chine de l’Inde, de Maurice et le comité scientifique accueille par ailleurs des chercheurs habilités de Mayotte, de Comores et de Madagascar.

L’impact du rayonnement de l’ODI-Réunion se mesure également à l’importance du nombre de participants, 31 communications retenues, sachant que plusieurs propositions auraient été refusées selon M. Latchoumanin en raison d’un sujet trop éloigné des thématiques du colloque ou tout simplement d’un retard de transmission.

Ouverture sur le monde

Les organisateurs du colloque ont tenu à faire remarquer la diversité constatée aussi bien dans les intitulés des contributions qu’au regard de l’origine des conférenciers valide d’emblée le thème central du colloque : l’interculturel. Elle montre par ailleurs que l’ODI, qui a pour objectif princeps de promouvoir les initiatives de la diaspora indienne, n’est pas dans un fonctionnement sectaire et dogmatique.
L’ouverture au monde précise le Président Ramsamy révèle notre attachement à tout ce qui irrigue la culture d’une manière générale et sous ses trois aspects fondamentaux en particulier poursuit-il.

Il s’agit d’enrichir nos connaissance, ce qui correspond à la culture encyclopédique, les pratiques issues de la tradition et de la modernité qui correspondent aux diverses façons de décliner sa culture au quotidien, et enfin la culture qui marque une appartenance identitaire à l’exemple de la culture réunionnaise, française, etc.

A propos de l’interculturel que nos interlocuteurs assimilent au contact des cultures, la question mise en débat consiste à se demander comment réfléchir et agir pour que la rencontre entre les peuples et les cultures, soit dénuée des mobiles qui ont fait de notre histoire commune une entreprise d’acculturation conduite par les cultures dites supérieure réalisant ainsi le projet annoncé dès 1879 par un grand poète sous la formulation suivante : « au 19ème siècle, le blanc a fait du noir un homme, au 20ème siècle l’Europe fera de l’Afrique un monde ».

Que l’interculturel ne soit pas une arme offensive

Cette prévision de Victor Hugo dont les effets ont été maintes fois constatés de par le monde reste d’actualité sous des formes plus subtiles qui font dire aux organisateurs du colloque qu’un immense travail de conscientisation reste à faire pour que l’interculturel ne soit pas l’arme offensive des volontés hégémoniques qui, sous ce vocable et au nom de l’égalité des cultures, masquent en réalité leurs velléités d’asservir les peuples et les cultures dites inférieures à l’aune des références occidentales au service des lobbyings économiques de la mondialisation.

Les débats promettent d’être intéressants à plus d’un titre au cours de ces deux journées qui se poursuivront après la séance inaugurale du mardi matin au palais de la source, dont le temps fort sera la conférence de Jean-Marie Gustave Le Clezio, au campus universitaire du Moufia, Salle 200,1 de la Faculté des lettres et des Sciences Humaines. Signalons enfin que l’entrée est libre et gratuite et que des renseignements complémentaires peuvent être obtenus au 06 92 683106.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • L’interculturel, l’interculturalité, il nous faut vivre et faire vivre cette interculturalité au quotidien , a mon sens, car comment respecter l’Homme si l’on se croire superieur aux autres ? cette enfermement arrogante fait injure à notre existence , à l’humain.
    L’interculturalité nous apprend à respecter l’autre dans toutes ses dimensions et cela permet à chaque personne se sentir utile à notre devenir commun, de construire, consolider ce socle commun pour un vivre ensemble dans le respect des differences.

    contribution non experte.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com