Culture et identité

AHIMSA, le concert, et bientôt… l’album

Musique pour la non violence

Témoignages.re / 10 octobre 2009

Entre l’Inde, La Réunion et Madagascar, Subhash Dhunoohchand propose un métissage épicé de la musique indienne, du séga, du saleg et du blues.

Subhash Dhunoohchand cultive les couleurs qu’offre la musique classique indienne en transportant son tabla aux quatre coins de la planète et en se confrontant à toutes sortes de musiques. De Londres à Calcutta, de la Jamaïque à Tel-Aviv, Subhash va à la rencontre des artistes dans les pays du monde entier.
Après "Cosmic Sound" et "Tablatronic", il nous présente "AHIMSA".
« La violence est le cancer de l’Humanité », c’est ce qu’a dit le Mahatma Gandhi, mais c’est également ce que défendent Subhash et ses compagnons dans leur projet de Musique pour la Non Violence. AHIMSA (non violence en sanskrit) est une musique métisse de l’océan Indien, une véritable fusion de la musique des îles, avec les improvisations de la musique indienne, les cadences du séga, la mélancolie du blues, la dynamique du salegy, mais aussi le goût des chansons de La Réunion lontan. Un projet pour lequel Subhash a fait appel à ses amis musiciens, Maximin Boyer de Kayanmbé, Bruno Channe Kane, guitariste renommé des scènes parisiennes, Jérémie Lapra, le bassiste de Baster, Vincent Mornas, violoniste hors pair des scènes nocturnes, Ramma Kisnah, chanteur et joueur de santoor de l’Inde, Moonawar, guitariste et voix des Comores, Bharati, chanteuse indienne mais aussi voix des îles, Sumesh, jeune percussionniste indien qui suit les pas de son père, une épopée d’artistes qui réuniront leurs talents sur un seul album, "AHIMSA", musique pour la non violence de Subhash Dhunoohchand.
À l’occasion du Dipavali, Subhash présentera au public en avant première la sortie de son prochain album, "AHIMSA", en concert sur les scènes réunionnaises.
En soutien de la guitare et de ses oscillations se succèdent incantations du santoor, voix des îles en parfaite osmose avec le violon, percussions et ragas venus d’Inde. Une fusion surprenante entre les musiques de l’océan Indien et le blues.
De nouvelles compositions indiennes comme pour rendre hommage au Mahatma Gandhi, mais également pour le plaisir des Réunionnais, le retour de Maximin Boyer de Kayanmbé. Une belle aventure musicale où même les fans du célèbre ségatier Maxime Laope trouveront leur bonheur dans "La rosée tombée".



Dates des concerts :

• 10 octobre à 20h00 au Royal Hindoustan à Saint-André
• 15 octobre à 15h00 à la Scène Jardin dans le cadre du Florilège 2009 au Tampon
• 16 octobre à 20h00 au Royal Hindoustan à Saint-André
• 17 octobre à 18h au Barachois à Saint-Denis
• 18 octobre à 18h30 à La Saline, Place Vue Belle

Plus de renseignements sur www.dsubhash.com


Kanalreunion.com