Culture et identité

Belle exposition des Chagossiens sur leurs luttes

Jeudi soir à la médiathèque du Port

Alain Dreneau / 9 juillet 2013

Le Groupe Réfugiés Chagos (G.R.C.) emmené par son dirigeant Olivier Bancoult poursuit ses campagnes d’information à La Réunion. Profitant d’un séjour dans l’île d’une semaine, Olivier et sa collaboratrice Sharon ont présenté leur exposition dans plusieurs villes : Saint-Denis, Saint-Paul, Le Port et Saint-André. Jeudi soir, ils étaient à la médiathèque du Port, invités par le Comité Solidarité Chagos La Réunion (C.S.C.R.)



JPEG - 37.9 ko
Olivier Bancoult, avec sa foi légendaire, donne les explications aux visiteuses et visiteurs. Sur son tee-shirt, on lit : « Qu’ils retournent ! » ou « Laissez-les retourner ! »

Cette exposition, si elle est modeste sur le plan des moyens mis en œuvre -de simples photos dans un format loin de tout gigantisme-, constitue cependant un véritable monument nous invitant à nous retourner sur ce demi-siècle d’oppressions, de malheurs mais aussi de résistance et de luttes. Au fil de cette centaine d’images que l’on découvre avec émotion, l’histoire d’une violation cynique des droits de l’homme -des droits les plus élémentaires, les plus intangibles- éclate sous nos yeux. La généalogie du massacre culturel, de la déportation et de la loi ignoble du plus fort s’expose douloureusement, depuis le temps du bonheur simple sur la terre natale jusqu’aux humiliations à répétition infligées par des systèmes qui n’ont de “justice” que le nom trompeur, en passant par l’irruption des envahisseurs surmilitarisés de la base nucléaire de Diego Garcia –paradis hier, enfer aujourd’hui-.

Une conférence sous forme de questions réponses fit suite à la visite de l’exposition. Une conférence elle-même précédée d’un court métrage sur le drame chagossien, réalisé par M. Jean-Michel Fillol, présent jeudi soir. Ces échanges ont permis aux personnes présentes d’approfondir leur connaissance du “dossier Chagos”. On a parlé en particulier de l’appel qu’Olivier Bancoult va déposer suite au jugement de la Haute Cour de Londres déboutant la plainte des Chagossiens à propos du Parc Marin. Ainsi que de la plainte chagossienne déposée il y a quelques semaines devant la Cour Pénale Internationale. Comme l’a réaffirmé Olivier Bancoult à la fin des échanges : « Vous voyez, chers amis, que notre combat continue » .

A.D.


Kanalreunion.com