Culture et identité

Boyer Marie Céliane fête ses 100 ans à Commune Bègue, Sainte-Suzanne

Un anniversaire à trois chiffres…

Témoignages.re / 31 juillet 2017

11 heures à Commune Bègue, Sainte-Suzanne, dans une petite allée menant à son domicile, Marie Céliane Boyer attend fièrement M. le Maire. Du haut de ses 100 ans, entourée de ses filles, ses petits-enfants et arrières petits-enfants, elle s’empresse de saluer chaleureusement Maurice Gironcel et profite pour remercier tous les amis et proches venus lui souhaiter un bon anniversaire.

JPEG - 56 ko
Entourée par sa famille et une délégation de la Mairie de Sainte-Suzanne conduite par Maurice Gironcel, Marie Céliane Boyer a fêté son 100e anniversaire.

Souriante et boutentrain, Céliane est une force de la nature. Native de la Chaloupe Saint-Leu, elle décide de partir pour la Métropole et y vivra pendant plus de vingt ans. De retour dans son île, elle vient s’installer à Commune Bègue et y mène depuis une vie paisible entourée de ses enfants.

Une vie, pas de tout repos, nous confie-t-elle. Le décès de son mari en 1972 aura été un tournant dans sa vie : « depuis que li lé parti, lé té pas facile, mais li la donne à mwin la force de continuer… » Femme courage et dynamique, elle a travaillé dans les champs de géraniums à la Chaloupe Saint Leu « J’ai défoncé les arbres, j’ai brulé les acacias pour faire essentiellement de la production de géranium, c’était pas un métier facile, je me souviens encore de la pénibilité du métier, à force de jouer du sécateur mes doigts i ressemblaient plus à rien, nous raconte-t-elle.

Aujourd’hui, avec ses 100 ans, Marie Céliane est pimpante, du bout des ongles jusqu’aux bijoux pour accessoiriser sa tenue. D’ailleurs, elle en profite pour taquiner ses arrières petites-filles « komé-la toutes les jeunes filles néna des faux ongles, regarde les miens, lé grands et naturels lé pa en plastique comme les vôtres ! » Une mamie proche de ses arrières petits-enfants et qui le lui rendent bien. « De ne pas avoir de leurs nouvelles durant la semaine, la contrarie énormément », nous précise l’une de ses filles « Si de temps en temps elle a du mal à reconnaître ses petits-enfants, néanmoins, elle se souvient parfaitement de chaque prénom de ses arrières petits-enfants, ce sont eux son oxygène, elle se sent bien en leur compagnie, c’est une arrière-grand-mère bienveillante ».

Toute la famille était réunie à Commune Bègue pour fêter dignement cet anniversaire à trois chiffres. Maurice Gironcel, après avoir félicité et trinqué en l’honneur de Marie Céliane, lui a témoigné son émotion : « C’est un événement qui n’arrive pas tous les jours. J’espère vous voir dans un an et puis deux et puis trois etc. ». L’heureuse centenaire a acquiescé d’un large sourire « Ah oui M. Gironcel, mi espère bien voir à a ou l’année prochaine, ou sera le bienvenu, et d’ailleurs mi remercie a ou d’être venu aujourd’hui, y fé à mwin plaisir ! »

Rendez-vous est donc pris !