Culture et identité

Célébration réunionnaise de la Journée mondiale du souvenir de la traite négrière et de son abolition 

À l’invitation du Komité Éli, samedi et dimanche prochains

Correspondant Témoignages / 24 août 2017

Ce mercredi 23 août, déclaré par l’UNESCO ‘’Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition’’, le Komité Éli de Saint-Leu a tenu une conférence de presse à La Ravine à Jacques (près de La Grande Chaloupe) pour inviter les Réunionnais à célébrer pour la 7e fois cet événement dans notre pays le prochain week-end. Une célébration qui malheureusement n’a pas encore reçu de la part de l’État une dimension officielle — notamment dans le système éducatif —, comme l’a déploré Yvrin Rosalie, le président du Komité Éli.

JPEG - 103 ko
Yvrin Rosalie, président du Komité Éli, avec deux autres responsables de son association.

Cette carence des institutions mérite d’être corrigée et c’est un des sens que les organisateurs de cette célébration veulent donner car il y a encore de gros efforts à accomplir à La Réunion pour cultiver la mémoire historique de notre peuple. Un peuple dont les deux-tiers de son Histoire ont été marqués par l’esclavage et l’engagisme.

D’où l’importance de la mobilisation des membres du Komité Éli et de leurs partenaires associatifs comme Rasine Kaf, Mouvman Lantant Koudmin etc… ainsi que le monde artistique pour élaborer le très beau programme de cette 7e édition. Voici ce programme :

• Le samedi 26 août à 18 heures, projection du film ‘’Élie ou les forges de la liberté’’, réalisé par William Cally sur la révolte des esclaves réunionnais en novembre 1811, suivie d’un débat. Cette projection sera suivie de celle d’un autre film, consacré à Martin Luther King, un célèbre combattant américain contre le racisme et contre la guerre des États-Unis au Vietnam, prix Nobel de la Paix en 1964, assassiné en 1968.

• Le dimanche 27 août, les activités commenceront à 8 heures par une visite de cet espace historique qu’est le Lazaret ; une visite guidée par l’historien Loran Hoarau.

Ensuite, à 9 heures, il y aura un hommage aux esclaves disparus en mer, suivi à 10 heures d’un hommage à la stèle Fudel Fuma, François Sintomer et André-Paul Payet, décédés en 2014. Un hommage sera rendu aussi à Paul Vergès et Jean-Claude Barret, qui nous ont quittés l’an dernier et qui « ont lutté pour la connaissance de notre Histoire, la promotion de la langue créole réunionnaise et de nout kiltir ; i fo pa nou oubli azot », comme l’a dit Yvrin Rosalie.

Cette célébration continuera à 10 heures 30 avec une conférence-débat sur la déportation, suivie à midi d’un pique-nique partage et d’un kabar jusqu’à 20 heures, auquel une vingtaine de groupes d’artistes ont déjà annoncé leur participation.

Lors de cette conférence de presse, il a été rappelé avec raison que la Journée mondiale du souvenir de la traite négrière et de son abolition a été créée en souvenir de la révolte des esclaves de Saint-Domingue le 23 août 1791, qui a profondément marqué l’histoire des colonies françaises. Notamment les nombreux combats pour la liberté qui ont été menés par les peuples de ces pays pour se libérer du système esclavagiste et colonialiste. Des combats qui ne sont pas terminés…

Correspondant